• Regardez ces mains, écoutez ces sons, sentez la terre sous vos pieds : cette terre rouge d'Afrique qui met la joie dans les cœurs  !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Les apparitions sont multiples. En voici des exemples qui sèment le doute dans l'esprit des sceptiques et réchauffent le cœur des croyants ... A vous de voir

    et un film :

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Les aborigènes, une vie en harmonie avec la nature

    David Hudson, auteur de Gunyal

    Malgré leur condition matérielle apparemment pauvre et le fait de se déplacer uniquement à pied, ils développèrent une culture distinctive, une mythologie admirable et un système complexe de liens sociaux. Chaque tribu était dirigée par des hommes expérimentés d'un certain âge connaissant toutes les lois de la tribu et à une mythologie complexe, qui était autrement tenue secrète. La musique, le chant et la danse ont toujours fait partie de la vie quotidienne.

    La musique aborigène

    La seule musique indigène et originale d'Australie est la musique traditionnelle des aborigènes australiens. Leur musique a été presqu'entièrement négligée et incomprise pendant 150 ans, occasionnant la disparition complète d'un grand nombre de leurs cérémonies traditionnelles.

    La musique aborigène d'Australie est surtout vocale. Les mélodies consistent principalement d'une série de decrescendos d'une haute note jusqu'à une note plus basse, douce, soutenue ou répétée, suivie de sauts énergiques à un ton beaucoup plus haut ou intermittent succédés par d'autres decrescendos. Les trilles compliquées se mélangent constamment aux différents tons de decrescendos. La polyphonie est utilisée dans certaines régions.    

    D'après les légendes, les chansons viennent des esprits et la plupart d'entre elles contiennent donc des paroles aux connotations sacrées. On les découvre "dans les rêves", alors que les chansons séculières sont composées "à l'aide du cerveau". Le rythme de la mélodie est gouverné par la structure de la chanson. Il y a parfois plus d'un rythme pour chaque texte. Le terme "chansons corroborées" est utilisé d'une façon superficielle pour identifier les chansons aborigènes sur lesquelles ils dansent lors des fêtes de camp.

    L'instrument : Le didjeridoo est une trompette naturelle, de forme droite, sans bec, utilisée par les aborigènes de l'Australie du nord. Son nom est probablement d'origine européenne. Il existe 40 différents noms aborigènes pour cet instrument à travers l'Australie. Il est fabriqué avec une branche d'eucalyptus rendue creuse par les termites, dénudée de son écorce et dont les parois intérieures sont parfois légèrement émincées à chaque bout.

    Un cercle de cire d'abeille ou de gomme d'eucalyptus est mis au bout du plus étroit pour faire fonction de bec. Jadis, on utilisait le bambou dont les noeuds étaient brûlés avec un bâton enflammé, mais durant les années 70 le fer et les tuyaux en plastique étaient utilisés.

    L'instrument est souvent décoré de symboles de totems et de peintures d'écorce en ocre et en argile, mais il n'est pas autrement modifié. La longueur préférée varie de région en région entre 1 et 1,50 mètres. Durant certaines cérémonies, un tube exceptionnellement large de 2,5 mètres est utilisé.

    (source : http://www.terresacree.org/didjerid.htm)

    J'espère que vous apprécierez ces sons envoutants et hypnotiques venus de Loin !

    Bonne fête du 14 juillet !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Avant de rentrer dans l'automne ... Pour stimuler les muscles et l'oreille !

    Histoire des Claquettes

    Les claquettes sont un style de danse né aux États-Unis au XIXe siècle. Le nom de claquettes vient du son produit par des fers (morceaux de métal adaptés) fixés sur les chaussures du danseur, ce qui fait de celui-ci, en même temps qu'un danseur, un percussionniste.

    Les claquettes ont vu le jour dans le quartier de Five Points à New York dans les années 1830 et sont un résultat de la fusion de l'African Shuffle et de pas de danses folkloriques européennes (bourrées et gigues irlandaises, écossaises et anglaises). Les émigrants européens (irlandais notamment) dansaient au XIXe siècle avec des sabots (Clogg dance) et on vit appraître le soft shoe une danse en chaussures de ville au milieu du XIXe siècle. Afin de ne pas perdre l'intérêt rythmique porté par les sabots, les chaussures furent adaptées avec des morceaux de bois (split clogs) peu à peu remplacés par les claquettes actuelles en fer (milieu des années 1920).

    L'origine des claquettes est un mélange des syncopes de la musique et de la danse africaine avec la gigue irlandaise. Des danseurs immigrants de groupes ethniques et culturels différents se rencontraient au cours de compétitions de danse et confrontaient leurs techniques. Avec le temps, les danses s'enrichirent les unes les autres et donnèrent naissance aux claquettes telles que nous les connaissons aujourd'hui (Tap dance).

    Les claquettes se répandirent aux États-Unis à partir des années 1900 où elles constituaient la partie dansée des vaudevilles à Broadway. L'apparition du jazz dans les années 1920 les mit au premier plan, car le rythme de celui-ci s'adaptait naturellement à la danse de claquettes. À partir des années 1930, les claquettes firent leur apparition au cinéma et à la télévision où elles connurent leur apogée dans les années 1950 avec de grands danseurs comme Fred Astaire ou Gene Kelly, bien que le rock les fit passer au second plan dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    Depuis les années 70, les claquettes redeviennent à la mode tout en se renouvelant (Michael Flatley pour les claquettes irlandaises, Dein Perry avec les Tap Dogs, Savion Glover ou Gregory Hines).

    Pour une information plus complète, vous pouvez visiter le site Offjazz (http://taptime.fr/cours-claquettes/histoire-claquettes.htm)

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Bonne écoute si douce à l'oreille !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Enya ( Full Album ) The Best of Enya

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Je découvre ce groupe qui propose des chants provençaux pour prolonger les vacances : de la bonne humeur et de la danse occitane donnent du cœur à l'ouvrage...

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • "la musique fait du bien ; c'est le rythme du cœur, de la respiration"

    L’intérêt des scientifique pour la musique et sa répercussion sur le cerveau va crescendo. La musique et son action sur notre imagination, sur nos émotions suscitent de plus en plus de questions.

    Voici l’intégralité du reportage  » L’instinct de la musique «  conçu par Elena Mannes. Un magnifique reportage où le célèbre musicien Bobby McFerrin et le neuroscientifique Daniel Lévitin se livrent à une recherche passionnante sur la musique :  

     

    La musique est d'une richesse insoupçonnée !

    Bonne écoute mes amis winktongue

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique