• Signification de la croix au travers des siècles et des peuples

    Pour traiter de cette question, j'ai trouvé plusieurs articles que restitués ici dans leur intégralité : le premier traite du symbole de la croix sur un plan philosophie et géométrique ; le deuxième traite de la même question sur un plan philosophique et spirituel, le troisième est plus axé sur l'aspect religieux.
    Après des 3 articles, je vous restitue un rappel sur les origines de la croix gammée, ainsi qu'un lien sur un  ouvrage de monsieur Guenon largement cité quand il est question du symbolisme de la croix.

    ARTICLE 1 : Le symbolisme de la croix (par Brigitte Boudon)

    La croix est un symbole universel, le symbole des symboles, celui qui répond le plus parfaitement aux critères du symbole, le plus total.

    C’est un des symboles attestés dès la plus haute Antiquité et sur toute la surface du globe : en Egypte, en Chine, en Crète (à Cnossos, une croix de marbre datant du 15ème siècle avant JC), en Inde, en Mésopotamie, en Amérique précolombienne, chez les Celtes. Le Christianisme a amplifié et enrichi encore plus sa signification.

    La croix est le symbole du monde dans sa totalité. Mais s’il est si puissant, c’est que c’est le symbole primordial sans lequel rien ne pourrait être. Il se réfère avant tout à la création du monde et même aux phases pré-cosmiques, chaotiques diraient les Grecs…. Nous retrouverons ceci également avec l’œuf.

    Comme pour l’arbre, je vais distinguer 7 aspects du symbolisme de la croix :

     1. la croix métaphysique, de la genèse du monde

    2. la croix de l’espace et du temps

    3. le centre de la croix

    4. la croix et le cercle

    5. la croix, le carré et le triangle

    6. l’application de la croix en architecture

    7. la croix chrétienne

     1. La croix métaphysique, image de la genèse

     Dans de nombreuses civilisations anciennes, le point de départ de la création ou de l’émanation est le point, le germe fécond, la graine dans laquelle tout est contenu de manière dense et concentrée.

    A un moment donné, ce point se met à vibrer, à bouger, et il va dessiner deux axes : un  axe vertical représentant l’Esprit (qui relie le Ciel à la Terre) et un axe horizontal (La Substance primordiale qui se déploie).

     Par exemple, en Inde : Purusha et Prakriti

    Purusha : le Ciel, l’esprit, la Pensée divine

    Prakriti : la surface des Eaux ou la Substance primordiale.

     Ce sont des éléments pré-cosmiques, c’est pourquoi on emploie les termes de Pensée et de Substance qui sont plus abstraits et métaphysiques que Esprit et Matière qui vont venir plus tard.

    Ces deux axes vont à un moment se rencontrer et de leur croisement, va naître la Croix cosmique, la croix du monde. Nous sommes passés du 1, au 2, puis au Quatre. Le Cosmos est constitué. C’est la décade pythagoricienne, toutes les figures géométriques et volumes vont pouvoir se déployer à partir de cette croix initiale.

     Dans le monde manifesté, le cosmos, les deux bras de la croix représentent l’Esprit (axe vertical) et la Matière (axe horizontal).

     Ceci explique les nombreuses croyances relatives à la croix où les Anciens situaient l’origine de la vie, le séjour des dieux et des morts, l’évolution cyclique … Toutes ces notions s’articulent autour des deux axes, croisés en forme de croix Nord-sud et Est-Ouest, qui constituent avec l’axe Zénith-Nadir, la sphère totale de l’espace cosmique et, symboliquement, de la destinée humaine.

    La croix nous renvoie donc aux origines du monde, à l’organisation du chaos dans un espace orienté, structuré….

    Pour René Guénon, l’axe vertical relie entre eux une hiérarchie de degrés ou d’états de l’être ; l’axe horizontal représente l’épanouissement de l’être à un degré déterminé.

     Le mouvement va faire tourner les branches de la croix, ce qui va donner la croix-roue ou la croix dans le cercle (roue solaire) et aussi le Svastika, qui symbolise les deux grands mouvements de l’univers….

     Toujours par rapport à la création de l’univers, nous avons deux exemples :

     - L’univers vu comme un tissage : avec le croisement des fils de chaîne et de trame. Fils verticaux fixes et la navette qui est le chemin horizontal…..  De nombreux tissus précolombiens avec des motifs cruciformes….

     - Croix ansée ou ankh égyptienne : symbole de la vie éternelle, des millions d’années, de l’immortalité. Portée par les dieux ou les pharaons. C’est un Tau sur lequel repose une sphère représentant le soleil. Le soleil au-dessus de l’horizon. Amulette signe de vie éternelle.

     2. La croix spatio-temporelle

     Une fois l’univers créé, la croix fait référence à l’espace et au temps manifestés. Découpés en 4, 5 ou 6 directions selon les civilisations. La croix permet de s’orienter dans l’espace, entre le haut et le bas, la droite et la gauche. Elle réunit bien des couples de complémentaires.

     - Dans un plan horizontal : la croix donne les quatre orientations des points cardinaux : Nord/ Sud et Est/Ouest, et les 4 saisons : Hiver/Eté et Printemps/Automne

     - Dans un plan vertical : les 4 Orientations cardinales sont dans le plan horizontal et le plan vertical relie le Zénith et le Nadir, ce qui donne 6 directions de l’espace en volume.

     Zénith et Nadir sont deux directions moins connues, mais essentielles.

     Zénith : vient d’un mot arabe signifiant chemin droit : point où la verticale, qui s’élève du lieu de l’observateur, perce la sphère céleste.

     Nadir : vient aussi d’un mot arabe qui veut dire opposé : point qui se situe au terme d’une ligne verticale qui part des pieds de l’observateur, passe par le centre de la terre, se prolongeant à l’infini.

     Le zénith marque le point supérieur d’une roue, dont la terre serait le moyeu, la nadir le point inférieur. On peut imaginer comme moyeu tout autre centre : une société, une personne humaine, la psyché …  C’est cet axe vertical qui permet de centrer la sphère céleste et d’avoir des repères essentiels, notamment pour l’orientation des habitats.

     Zénith-nadir : circuit évolutif-involutif de toute existence. Zénith indique le sommet de l’hémicycle évolutif, et donc le commencement du déclin, le point de départ de l’hémicycle involutif. Le nadir le point le plus bas du processus involutif et le début du processus évolutif.

     Zénith : percée de la calotte céleste en hauteur, indique le passage de la vie dans le temps à la vie dans l’éternité, le passage du fini à l’infini. Au contraire, le nadir marque l’immersion la plus profonde dans la matière la plus dense.

     La symbolique des 4 directions cardinales :

     . Nord : souvent une direction mal aimée : lieu de l’infortune, d’où viennent les vents dévastateurs, les invasions barbares … Froid, famine, nuit, hiver, aridité.

    Chinois : muraille de Chine, invasions mongoles….

     Les Grecs, au contraire, situaient leur dieu Apollon, hyperboréen, au Nord, d’où venait la lumière et la sagesse. Les Egyptiens y situaient le lieu de fertilité (delta du Nil)

     . Sud : direction bénéfique, chaude, lumineuse, favorable, été …

    En Egypte, c’est le désert, le domaine de Seth, du combat contre les forces chtoniennes….

     L’axe nord-sud détermine de nombreuses orientations dans les civilisations anciennes. Le plus évident est l’Egypte avec le Nil. Chez les Chinois également.

     . Est : naissance ou renaissance du Soleil, lié au renouveau, au printemps, jeunesse,

    Au Mexique, le dieu sauveur Quetzalcoatl est supposé venir de l’est.

     . Ouest : direction du couchant, de la vieillesse, de la mort, déclin de toute chose, automne. Exil occidental pour les musulmans. Lieu de la disparition (Lao Tseu disparaît à l’Ouest).
    Etre désorienté, c’est avoir perdu la direction de l’orient.

     Axe nord-sud : axe solsticial : des extrêmes. C’est l’image de l’axe zénith-nadir à l’échelle terrestre. Axe stellaire relie les forces ouraniennes et chtoniennes, d’où tout procède et retourne. C’est l’axe de la potentialité. Divin transcendant.

    Axe est-ouest : axe de la manifestation visible, parcours du soleil, divin immanent. Vie et mort (les deux berges du Nil, rive des vivants à l’Est, rive des morts à l’ouest)

     - Correspondances entre les 4 points cardinaux et les 4 saisons.

    La symbolique du quatre : donc correspondances avec tout ce qui est au nombre de 4 :

    4 Eléments, 4 émotions de base, 4 vertus, ……

     3. Le centre

    Quand on s’intéresse à la croix, il faut aussi s’intéresser au lieu de croisement des deux axes :  le centre ou le carrefour.

    Le Centre est avant tout le Principe, le lieu de condensation et de coexistence de forces opposées, le lieu de l’énergie la plus concentrée. Foyer d’intensité dynamique. Ce n’est pas une position statique, mais le foyer d’où partent le mouvement de l’un vers le multiple, de l’intérieur vers l’extérieur, tous les processus d’émanation et de divergence … et où se rejoignent tous les processus de retour et de convergence dans leur recherche de l’unité.

    Centre : diffusion, émanation, force centrifuge, mais aussi  rassemblement, récapitulation, force centripète.

     Mircea Eliade distingue 3 aspects du centre :

    . au centre du monde, se trouve la Montagne sacrée, là où se rencontrent le ciel et la terre (ou un arbre sacré)

    . tout temple ou toute ville sacrée est un centre

    . ce sont des lieux par lesquels passe l’axe du monde, l’axis mundi.

     C’est pourquoi nous devons être très attentifs à ce qui est au centre de la croix.

     Chine : ils comptent tout en 5, avec le centre comme 5ème élément : 5 points cardinaux, 5 saisons, 5 éléments, 5 couleurs, 5 émotions, 5 organes, 5 saveurs etc…..

    Vide du moyeu de la roue (chez les taoïstes ou les bouddhistes)

     Mexique : le 5ème Soleil aztèque. Cosmos en forme de fleur à 4 pétales avec un cœur, comme une croix de Malte.

     Occident : le cœur de l’homme est au centre de la croix.

     Dans les mandalas tibétains : c’est la divinité une, pure, immaculée qui est au centre.

     Symbolique des carrefours :

    Autels, pierres, mâts sont aux carrefours.

    Hermès : dieu grec des carrefours (Herma placées aux carrefours…)

     4. La croix et le cercle

    Deux exemples essentiels : la croix celtique et la svastika

     La Svastika : l’un des symboles les plus répandus et les plus anciens qui soient. On le retrouve en Inde, mais aussi en Europe du Nord, en Grèce, chez les Etrusques, en Chine, en Amérique centrale …. L’ornement appelé grecque en dérive.

    Croix "gammée" : vient de Gamma, la lettre grecque.Mouvement de rotation autour d’un centre ou pôle immobile. Symbole d’action, de manifestation, de cycle, de régénération perpétuelle. Tourbillon créationnel.En Inde, il est associé à Shiva et Vishnu, les deux divinités complémentaires, qui constituent avec Brama la trinité hindoue.

     La croix celtique : inscrite dans un cercle, d’où ses extrémités débordent…..

    Au centre : une boule au centre géométrique de la croix,

     La croix est composée de trois cercles concentriques dont les diamètres ont entre eux les rapports suivants : 9, 27, 81.

    Le cercle de 81 correspond au cercle Divin, ou Keugant

    Le cercle de 27 correspond au cercle des Migrations ou Abred.

    Le cercle de 9 correspond au cercle de la Lumière blanche ou Gwenwed.

     . Christianisme :

    La croix s’inscrit dans le cercle qu’elle divise en quatre segments, avec le Christ et les 4 Evangélistes : Luc, Jean,  Marc et Matthieu représentés par les animaux (lion, aigle, taureau) et l‘homme.

    . Chrisme de l’Eglise primitive, avec les lettres I et X (initiales grecques de Jêsous Xristos) : inscrite dans un cercle, c’est une roue à 6 rayons, quelquefois à 8 rayons, si on ajoute un diamètre horizontal). Symbole cosmique et symbole solaire (Christ : soleil invaincu).

    . Chrisme constantinien : avec lettres X et P (Rho) , les deux premières lettres grecque de Xristos. . Croix avec l’alpha et l’oméga….

    . Renaissance : L’homme pentacle dans le cercle de Léonard de Vinci.

      5. La croix, le carré et le triangle

     La symbolique des mandalas, les cosmogrammes.

    Dans un cercle, un carré avec des ouvertures aux 4 points cardinaux.
    Carré divisé en 4 triangles, avec une divinité ou boddhisattva associé à chaque triangle…..

     6. L’application de la croix en architecture

     La croix découpe, ordonne et mesure les espaces sacrés, les villes, les temples, les cimetières …. De toutes les civilisations anciennes. C’est la clé de l’orientation et du plan de tous les édifices sacrés….

     . Technique du gnomon pour trouver les orientations.

    Nécessité de « cosmiser » l’espace terrestre, de le rendre analogue au cosmos, centré et orienté.

     . Orientation des cathédrales : Est-Ouest avec la symbolique des portails et des rosaces

    Exemple Notre Dame de Paris : portail ouest, avec les 3 portes : le Jugement dernier, le Couronnement de la Vierge, la Vierge en Majesté, les 12 signes du Zodiaque…. Gloire, couronnement, Lumière

     Portail Nord : les origines…. Souvent Ancien Testament

    Face sud : le nouveau Testament avec les Evangiles…..

     La symbolique des rosaces et leurs couleurs ne sont pas les mêmes au Nord, Sud, Ouest ….

     . Plan au sol : la figure d’une croix grecque ou latine pour les églises, mais aussi pour les temples hindous.

    La tête correspond à l’abside, les bras au transept, le corps et les jambes à la nef, le cœur à l’autel.

     . Villes romaines : croisement du Cardo (axe nord-sud) et Decumanus (axe est-ouest)

    Quadrillage des rues, quarts de villes, qui donne la notion de quartiers.

     . Temples égyptiens : toujours orientés est-ouest par rapport au Nil.

     . Cité interdite de Pékin : alignement de tous les bâtiments selon un axe nord-sud….

     7. La croix chrétienne

     La tradition chrétienne a enrichi le symbolisme de la croix….

    La croix symbolise le Crucifié, le Christ, le Sauveur, la rédemption, le Verbe, la seconde personne de la Trinité. Symbole de la vie humaine.

    Fêtes de la croix, elle a aussi son histoire : son bois viendrait d’un arbre planté sur la tombe d’Adam, sur le Golgotha (lieu du crâne). Ou de l’arbre de vie de l’Eden.

    Golgotha (Calvaire)  est la forme grecque pour le mot araméen gulgota signifiant crâne.

    Golgotha est le centre du monde. Histoire de Noé ; Sem et Melchisedék ….

     Elle répand ses morceaux après la mort du Christ à travers tout l’univers où il multiplie les miracles. Elle apporte la vie éternelle. La croix reparaîtra entre les bras du Christ lors du Jugement dernier.

     Il existe plusieurs croix chrétiennes :

    . Croix en Tau : déjà présente dans l’Ancien Testament

    . Croix avec une traverse : croix de l’Evangile. Ses 4 branches symbolisent les 4 Eléments viciés dans la nature humaine, l’ensemble de l’humanité attirée au Christ des 4 parties du monde, les 4 vertus de l’âme humaine.

    Pied de la croix : la foi assise sur de profondes fondations

    La branche supérieure : espérance montant vers le ciel

    Largeur de la croix : la charité qui s’étend jusqu’aux ennemis

    Longueur de la croix : la persévérance

     Croix grecque : 4 branches égales, elle peut s’inscrire dans un carré

    Croix latine : la branche verticale est divisée en 2 parties inégales, selon les dimensions de l’homme debout et les bras étendus, et ne peut s’inscrire que dans un rectangle.

     . Croix avec deux traverses : la traverse supérieure avec l’inscription de Pilate : Jésus de Nazareth, roi des Juifs ; la traverse inférieure portant les bras du Christ. Croix dite de Lorraine, qui provient de Grèce où on la rencontre souvent.

     . Croix à trois traverses : symbole de la hiérarchie ecclésiastique, tiare du pape, chapeau des cardinaux, mitre des évêques…A partir du 15ème siècle, seul le Pape a droit à la croix à 3 traverses. Croix double au cardinal et à l’archevêque, le croix simple à l’évêque.

     La croix chrétienne est une Croix de passion (souffrances et mort du Christ) et croix de résurrection (victoire sur la mort).

    . Symbole ascensionnel,

    Pont ou échelle sur laquelle les âmes montent vers Dieu (analogie arbre-croix).

    Saint Bonaventure assimile la Croix du Christ à l’arbre de vie : la croix est un arbre de beauté ; sacré par le sang du Christ, il est plein de tous les fruits.

    Croix de l’Islam : les 4 branches sont identifiées aux 4 mots de la Shahâda, la profession de foi musulmane.

    Source : http://www.sagesse-marseille.com/lhomme-sage/symbolisme/le-symbolisme-de-la-croix.html

     

    ARTICLE 2 : La croix dans toutes ses dimensions

    Croix et orientation spatiale

    Depuis la nuit des temps, l'homme s'est orienté selon le soleil ou les étoiles de la voûte céleste.

    Le jour, l'être se repère bien entendu par rapport au soleil. La verticale du lieu d'observation s'élève jusqu'au zénith et l'astre à son point culminant projette une ombre portée sur l'horizon en direction du sud. L'observateur peut alors s'orienter en fonction des quatre directions associées aux points cardinaux. Elles dessinent avec la verticale du lieu une croix à trois dimensions en relation avec l'orientation solaire.

    La nuit, l'être s'oriente par rapport à l'étoile polaire et aux astres qui accomplissent une révolution apparente autour de l'axe des pôles représentant ici la verticale. L'inclinaison de cet axe sur l'horizon donne la direction du nord terrestre dont la projection sur l'équateur fournit la direction septentrionale de ce plan. Les quatre points cardinaux du plan de l'équateur forment avec l'axe des pôles une autre croix tridimensionnelle en relation avec l'orientation polaire.

    Croix et orientation diurne et nocturne

    L'orientation solaire prend en compte l'axe de l'observateur alors que l'orientation polaire se réfère à l'axe du Cosmos. En conséquence, il est naturel d'associer la première à l'individu ou au microcosme et la seconde au Cosmos ou au macrocosme. 1

    Le symbolisme de la croix tridimensionnelle

    Fondée sur l'orientation dans l'espace, la croix tridimensionnelle est le symbole d'une double expansion verticale et horizontale:

    • La branche verticale représente la totalité des états que l'être porte en lui-même ou l'ensemble des états de l'Existence cosmique ou universelle.
    • Les branches horizontales figurent le plan où se déploie l'ensemble des possibilités associées à un état déterminé d'être ou d'Existence.

    Retenons une distinction essentielle entre les états de l'être et de l'Existence. Les états de l'Existence, même universelle, relèvent de la seule manifestation. Les états de l'être, au contraire, appartiennent tant au manifesté qu'au non manifesté. En effet, l'Être pur, Principe de la manifestation, est non manifesté.

    L'axe vertical représente l'indéfinité des états d'être ou d'Existence depuis les états spirituels ou célestes les plus élevés jusqu'aux états physiques ou terrestres les plus manifestes. Cette hiérarchie d'états se répartit en trois ordres, tant au niveau du microcosme (physique/corporel, psychique/subtil et spirituel) que du macrocosme (terrestre, atmosphérique et céleste).

    L'ordre intermédiaire du microcosme recouvre la psyché ou l'âme et constitue, avec l'ordre corporel ou physique, le monde humain.

    Chaque point de la branche verticale renferme en puissance toutes les possibilités associées à un état d'être ou d'Existence et symbolise, en quelque sorte, le centre de cet état. Si l'observateur se tient en l'un des points de la verticale, il est centré dans cet état et peut considérer les centres relatifs aux autres états tant inférieurs que supérieurs à celui où il se tient. Si, au contraire, l'observateur demeure dans l'une des possibilités associée à cet état, il se trouve dans le plan horizontal correspondant et ne peut percevoir que le centre de ce seul état.

    La branche verticale reliant entre eux tous les centres de la hiérarchie indéfinie des états représente ce que la tradition chinoise dénomme “l'Invariable Milieu”, c'est-à-dire le lieu où se reflète en chacun de ses points le Centre du Monde ou l'Unité principielle à la source de tous les états d'être ou d'Existence. La prééminence de la verticalité couvrant tous les états sur l'horizontalité n'en renfermant qu'un seul se traduit le plus souvent par des branches verticale et horizontale de longueurs inégales. Par contre, l'expansion des possibilités d'un état déterminé dans un plan horizontal s'effectuant pareillement dans toutes les directions, les branches correspondantes ne peuvent qu'être égales.

    Cette distinction entre verticalité et horizontalité nous amène naturellement à porter notre attention sur les représentations cruciales à deux dimensions.

    Le symbolisme de la croix à deux dimensions

    La croix verticale : La croix verticale présente trois formes de base en relation avec les trois ordres mentionnés plus haut:Différentes croix liées à différents ordres

    1. La croix simple ou latine décrit les états supérieurs d'ordre spirituel ou céleste au sein de la totalité des états d'être. À cet égard, elle figure l'être total qui a intégré tous les états d'existence et de non existence.

    2. La croix double, dite de Lorraine - bien que d'origine grecque - associe les états spirituels ou célestes et humains ou intermédiaires. Elle décrit l'être qui a réalisé l'union du divin et de l'humain symbolisée par la verticale.

    3. La croix triple ou papale dépeint l'union des trois ordres (spirituel ou céleste; psychique ou intermédiaire; physique ou terrestre) représentée par la verticale. Elle est associée au Pontife, c'est-à-dire à celui qui est et qui fait le pont entre les trois mondes. À ce titre, il est le véritable médiateur entre les mondes d'en haut et d'en bas (Pour plus de détails sur ce sujet, voir le drapeau du Vatican).

    Sous sa forme à branches multiples, la croix évoque également “l'Arbre du Milieu” qui s'élève au “Centre du Monde”. Ses branches latérales décrivent le déploiement horizontal des états d'être unifiés le long du tronc vertical, symbole de “l'Axe du Monde”. Emprunter la Voie axiale, la Voie du Milieu signifie suivre la Voie la plus difficile qui mène directement du centre des états humains au centre des états spirituels et au Centre du Monde.

    Dans la tradition biblique, “l'Arbre du Milieu” s'apparente à “l'Arbre de Vie” situé au milieu du “Paradis terrestre”.

    Dans “l'Arbre du Milieu” chacune des branches horizontales, associée à un état, divise la verticale entre états qui lui sont relativement inférieurs et supérieurs. Qu'en est-il toutefois de la croix où la branche verticale s'arrête à la hauteur de la branche horizontale, soit en haut soit en bas. La croix Tau, d'origine égyptienne, présente l'une ou l'autre de ces deux configurations:

    Croix Tau4. La première forme caractérise les états en deçà des états spirituels, c'est-à-dire les états humains ou le monde d'en bas. Surmontée d'une boucle, la croix dite ansée dépeint la mort aux états humains et la re-naissance dans les états spirituels. En usage en Egypte et chez les chrétiens des premiers siècles, la croix ansée symbolise l'accès aux états spirituels par la Voie directe, la boucle d'Horus, la porte étroite, le trou de l'aiguille, lieu de passage vers l'immortalité véritable. Placée sur le front, entre les deux yeux, elle représente le troisième Oeil qui voit tout dans la parfaite simultanéité de l'éternel présent, c'est-à-dire au-delà des sens humains.

    Croix Tau inversée5. Inversée, la croix Tau met précisément en exergue les états spirituels ou supra-humains et dépeint le Ciel (vertical) au dessus de la Terre (horizontale). Elle symbolise le monde céleste martelé par le tonnerre des dieux, et non des moindres, tels Zeus dans la tradition grecque ou Thor dans la tradition scandinave. La croix Tau inversée représente à la fois le marteau, attribut de Thor, et l'insigne de ses adorateurs.

    La croix horizontale

    La croix horizontale présente de nombreuses formes dont seules les plus significatives seront reprises ici.

    Croix grecque et croix de Saint-André1. La croix aux branches d'égale longueur peut être orientée selon les quatre points cardinaux ou leurs points intermédiaires. Elle est dénommée grecque dans le premier cas et de Saint-André dans le second.

    2. L'orientation selon les points cardinaux ou intermédiaires illustre le déploiement d'un état d'être à partir de son centre. L'unité d'un état d'être, définie par le centre, se manifeste sous l'apparence de couples d'opposés symbolisés par la croix tréflée ou trilobée. Chacune des branches de la croix se termine en effet par trois lobes inter liés: le lobe central évoque l'Unité et les deux lobes latéraux un couple d'opposés. Ces lobes sont étroitement associés car l'Unité renferme en elle-même toutes les oppositions apparentes qui ne se résolvent qu'en Elle ou dans le retour au centre.

    Croix tréflée et croix pattée Un sens analogue se retrouve dans la croix pattée aux branches évasées à la base. Les deux pointes distinctes de l'extrémité de chaque branche convergent vers l'Unité au fur et à mesure que nous approchons du centre 2.

    Croix de Jérusalem, recroisetée et celtique3. La croix de Jérusalem nous rappelle également qu'aux quatre coins du Monde, symbolisés chacun par une croix en miniature, tout dérive de l'Unité et tout y retourne. Tel est le message donné par la représentation où les quatre Évangélistes ou Évangiles occupent la place des quatre croix.

    Lorsque les quatre petites croix occupent les extrémités des branches au lieu des quatre coins, la croix est dite recroisetée. Elle suggère que même éloignés du centre, nous pouvons toujours le retrouver à tout moment. Quand les quatre croix ne sont plus séparées, mais reliées par un cercle centré à l'intersection des branches, nous retrouvons un sens similaire avec la croix dite celtique. L'étude spécifique de la croix celtique nous fournira l'occasion d'approfondir encore le symbolisme de la croix et, plus particulièrement, du centre.

    4. La croix aux branches égales s'inscrit aussi dans le cercle. Elle prend cette apparence chez certains peuples d'Amérique centrale et celtiques. La croix constitue alors un symbole du centre se déployant jusqu'à la périphérie et représente le Monde dans son Unité (centre) et sa manifestation (roue cosmique). Cette roue est surtout répandue sous la forme de 6 ou 8 rayons,Cercle inscrit dans croix, symbole du Monde notamment dans les traditions celtique et hindoue. Si le symbolisme de la roue dotée de 4 ou 8 rayons est des plus clairs, celui de la roue à 6 rayons doit être mis en relation avec la représentation plane de la croix tridimensionnelle, autre symbole du Cosmos ou du Monde.

    5. De cette dernière représentation découle directement celle du Chrisme, inscrit ou non dans un cercle. Sous sa forme simple, les premiers chrétiens ont vu en lui les deux initiales grecques I et X de “Iêsous Christos”. Quant à sa forme constantinienne,Chrisme inscrit ou non dans un cercle elle résulte de l'union des deux premières lettres grecques X et P de “Christos”. La boucle qui transforme l'I du Chrisme simple en P du Chrisme constantinien rappelle la boucle supérieure de la croix ansée et fait écho au trou de l'aiguille, à la Voie directe ou verticale d'accès aux Cieux.

    6. Croix potencée et swastikas sénestrogyre et dextrogyreLa croix potencée est formée de quatre croix Tau orientées selon les points cardinaux. L'extrémité de chacune des branches marque l'achèvement de l'expansion de l'état considéré à partir du centre. Inversement, la réalisation de la plénitude des possibilités liées à un état spécifique préfigure le retour vers l'état centré. La croix potencée est, en conséquence, un symbole d'expansion et de contraction, d'expiration et d'inspiration à l'image de la vie, de pulsation à l'image du cœur.

    Le décalage à gauche ou à droite des extrémités des branches de la croix potencée conduit aux swastikas dextrogyre et sénestrogyre. Cette opération ajoute un mouvement de rotation au mouvement pulsatif. Or, l'alternance de la rotation dextrogyre et sénestrogyre, combinée avec le mouvement de pulsation, engendre une spirale. Et, en effet, les deux formes du swastika sont étroitement liées à la double spirale qui est largement développée.

    Sous cette apparente diversité de croix verticales et horizontales, se cache un sens universel commun à toutes les traditions et situé à la croisée des chemins.

    À la croisée des chemins

    L'homme véritable

    Le plan horizontal représente un état d'être ou un degré d'Existence quelconque. Se mouvoir de la périphérie vers le centre de cet état, situé à l'intersection du plan horizontal et de la verticale, conduit à intégrer les différentes possibilités associées à cet état. L'intégration signifie réaliser l'union des oppositions apparentes.

    Ainsi, dans le domaine physico-corporel, les éléments constitutifs du monde physique sont habituellement reliés aux points cardinaux et opposés deux à deux: Feu au sud et Eau au nord, Air à l'est et Terre à l'ouest. Toutefois, d'un point de vue plus global, le caractère complémentaire du Feu et de l'Air d'une part, de l'Eau et de la Terre d'autre part, autorise un équilibre entre les éléments symbolisé par les branches d'égale longueur. De plus, tous ces éléments se résolvent dans un cinquième situé au centre, l'Éther, qui les contient tous à l'état indifférencié et dont tous procèdent.

    De même, dans le domaine psycho-sensible, les sensations de peur ou d'agressivité, de tristesse ou de colère qui s'opposent en apparence, trouvent leur équilibre dans l'Amour.

    De façon générale, la complémentarité au sein de la croix se manifeste par le caractère actif de l'une des branches par rapport à l'autre relativement passive. Une telle complémentarité, à la base de la constitution des différents mondes et êtres, se retrouve dans les diverses traditions sous des appellations diverses: Purusha et prakriti dans la tradition hindoue, yang et yin dans la tradition chinoise ou masculin et féminin dans la tradition hermétique ou alchimique. Cette dernière fait, en effet, principalement référence aux états humains et rejoindre le centre dans cette tradition signifie réaliser l'harmonie entre les aspects masculin et féminin en chacun de nous. Ce faisant, l'être retrouve son état originel “d'Androgyne primordial” en parfait équilibre. Il devient alors un être humain à part entière, un “homme véritable” se tenant à la croisée des chemins et non plus écartelé sur les branches de la croix.

    L'Homme Universel

    Cloué à la croisée des chemins, le Christ représente l'alliance de la nature divine (verticale) et humaine (horizontale), symbole du médiateur par excellence entre le Ciel et la Terre

    L'intégration d'un état quelconque, humain ou autre, constitue comme une réflexion dans le plan horizontal de la multitude indéfinie des états centrés sur la verticale. Établi dans “l'Invariable Milieu”, l'être peut maintenant rejoindre le centre de la croix verticale, le Centre Universel et dépasser l'état humain pour embrasser la totalité des états. Devenu “l'Homme Universel”, il se tient au-delà des points d'équilibre entre actif et passif, yang et yin, masculin et féminin car ces distinctions n'ont plus de sens et encore moins d'existence pour lui. Il se situe désormais dans le non manifesté, au Centre du Monde, à la croisée de tous les chemins. Par la synthèse de tous les états d'être, il est devenu le “médiateur” par excellence entre le Ciel et la Terre à l'image du Christ qui a réalisé l'union des natures divine et humaine.

    Bibliographie

    • René Guénon :“Le symbolisme de la croix”. Éditions Guy Trédaniel, 1996;
    • Cet ouvrage traite du symbole de la croix de façon détaillée.

    1 retour Notons que les deux croix tridimensionnelles ont l'axe Est-Ouest en commun. Rien d'étonnant dès lors que l'entrée des temples et des églises se fasse le long de cet axe susceptible d'ouvrir l'être à la fois sur lui-même et sur le Cosmos.

    2 retourCroix des Chevaliers du Temple, de Malte et Teutoniques La croix pattée est particulièrement illustrative de la chevalerie monastique et, plus spécialement, des trois ordres suivants:

    • Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ du Temple de Jérusalem ou Ordre du Temple;
    • Ordre des Hospitaliers de saint Jean de Jérusalem ou Ordre de Malte;
    • Ordre des Chevaliers Teutoniques.

    Source de cet article : http://users.skynet.be/lotus/cross/cros0-fr.htm

    ARTICLE 3

    "Cette étude traite de l'origine de la croix dans l'histoire et examine la signification de la croix dans l'adoration humaine préchrétienne. La relation de la croix avec le deuxième commandement est aussi examinée.

    (Copyright © 1994, 1997, 1999 Wade Cox ; Résumé par Ron Proposch ; Éd. par Wade Cox)

    (Tr. 2003, rév. 2012)"

     Cette étude peut être copiée et distribuée librement à la condition qu'elle le soit en son entier, sans modifications ni rayures. On doit y inclure le nom, l'adresse de l’éditeur et l'avis des droits d'auteur. Aucun montant ne peut être exigé des récipiendaires des copies distribuées. De brèves citations peuvent être insérées dans des articles et des revues critiques sans contrevenir aux droits d'auteur.

    Cette étude est disponible sur les pages du World Wide Web : http://www.logon.org/french/ et http://www.ccg.org/french/

     La Croix : Ses Origines et Sa Signification

     Berry (Encyclopaedia Heraldica) mentionne 385 croix différentes. La plupart sont purement décoratives ou de signification héraldique (ERE, l'art. Cross, Vol. 4, pp. 324 et suiv.). Il y a 9 types de croix qui ont un symbolisme religieux.

     La croix est devenue associée au Christianisme. Cependant, elle n'était pas, à l’origine, un symbole Chrétien. En effet, les Églises observant le Sabbat ont traditionnellement été iconoclastes et ont abhorré l'utilisation du symbole de la croix comme étant païen. En fait, certains Chrétiens observant le Sabbat ont été martyrisés à cause de leur opposition à l'utilisation de la croix dans le symbolisme Chrétien. Les Vandales étaient des Subordinationistes iconoclastes qui ont détruit les idoles révérées en Grèce et à Rome.

     Les Pauliciens étaient des iconoclastes comme tous les Sabbatati qui étaient associés avec eux ou qui sont descendus d'eux.

     Cette prohibition contre les croix (aussi bien que la pratique du baptême des adultes) continue encore aujourd’hui dans les Églises de Dieu observant le Sabbat. Le symbole de la croix est très ancien et il a plusieurs significations mystiques.

     Les Croix non Chrétiennes

    La croix a une signification associée avec l'adoration du soleil. Schliemann a noté la présence de la croix sur les poteries et les spires de Troad (une région de Troie) (ERE, ibid., p. 325). Elle est alternée avec le disque à rayons et les deux emblèmes apparaissent parfois en juxtaposition (ibid.).

    Les Indiens ont utilisé la croix équilatérale en l’alternant avec un disque à rayons.

    La croix se retrouvait naturellement aux bifurcations des routes et est ainsi devenue un objet de vénération.

    Pendant l'âge de bronze, particulièrement parmi les Gaulois, la croix apparaît fréquemment sur les poteries, les bijoux et les pièces de monnaie.

    La croix est aussi trouvée au Mexique, au Pérou et, de façon significative, en Amérique Centrale. Là, elle fait allusion aux quatre vents qui sont la source de la pluie.

    Les Dakotas ont aussi utilisé la croix pour représenter les quatre vents.

    Le premier symbolisme de la croix a été exprimé dans l'idéogramme chinois du mot pour terre, qui est une croix équilatérale à l’intérieur d’un carré.

    La croix enfermée dans un soleil semble représenter les quatre rivières du paradis. La Bible fait référence à celle-ci comme la rivière qui coulait de l'Éden et qui se divisait en quatre.

    Ainsi, le concept contenu dans l'histoire de la Genèse (Genèse 2:10), bien qu’ayant une géographie spécifique attribuée aux quatre rivières, représente aussi un thème de base des rivières d'eau vive qui coulaient de la source centrale qui était Dieu à travers Son étoile du matin qui était, à ce moment-là, Satan.

    Par conséquent, nous avons affaire à une très sérieuse forme d'idolâtrie dans le symbolisme de la croix en tant qu’une représentation de l'adoration du soleil.

    Il n'y a aucun doute que l'utilisation de la croix, associée aux symboles de la résurrection et de la nouvelle vie, est désespérément mélangée avec la théologie des anciens.

    Le svastika (la croix gammée) apparaît sans cesse dans le Bouddhisme en Chine et au Japon, étant prééminent sur les piédestaux des statues de Bouddha et les Bodhisattvas du Bouddhisme Mahayana.

     La Croix dans le Christianisme

     La propagation du symbole de la croix dans le Christianisme s'est développée avec la Trinité. Tertullien a affirmé qu'à chaque pas, les Chrétiens marquaient leurs fronts avec un petit signe de la croix. Cette pratique, mentionnée par Tertullien, a été qualifiée d'idolâtrie.

     Des auteurs Catholiques admettent que la croix est devenue l'objet d'un véritable culte. Didron disait :

     La croix est vénérée de la même manière sinon autant que Christ ; ce bois sacré est adoré presque autant que Dieu lui-même (ibid.).

     On ne peut s'empêcher de dire que la croix a été introduite dans le système Chrétien à partir des cultes du Mystère avec les autres formes d’adoration qui ont graduellement remplacé le Christianisme et qui n'avaient aucune part avec la première église. Ces formes, comme le culte du dimanche et les festivals des Pâques et de Noël, sont venues des cultes du Soleil.

     Le fait est que la croix ne provient pas du Christianisme, puisqu’elle était alors utilisée aux carrefours, mais plutôt la croix phallique a été réarrangée afin de se conformer aux mœurs Chrétiennes tout en conservant l’image de la déesse mère Hecate etc. qui a été renommée la Madone.      

     La distinction, entre le pieu et le gibet d'une part et la croix d'autre part, est faite afin d'approprier au Christianisme le symbole qui avait une telle importance dans le symbolisme païen. Le fait est que la crucifixion, qui était une ancienne forme de punition, était sur un arbre, donc sans forme distincte et que le simple pieu était appelé une croix ou crux.

     Zacharie 12:10 indique que la cause finale de la mort devait être par le percement. Il est impossible de dire avec certitude si la croix utilisée pour crucifier Christ était un simple pieu ou si elle contenait une barre transversale, parce que le terme était général aux deux.

     Cela n’a pas d’importance sauf que le symbolisme mentionné plus tôt a été transféré des cultes et devait être légitimé.

     Le deuxième Concile de Nicée (787), dont le but était de reformer les abus et de mettre un terme aux disputes des iconoclastes, a défini que la vénération des fidèles était due 'à la croix précieuse et vivifiante ' aussi bien qu'aux images ou aux représentations de Christ, de la Sainte Vierge et des saints (Cath. Encyc., op. cit.).

     Le Concile a soutenu que le culte du Latria appartient seulement à la nature divine. Ainsi, on accordait aux objets une forme d’adoration différente de celle qu’on prétendait accorder à la nature divine. Mais affirmer que l'adoration des images de mortels est acceptable est contraire à l'enseignement explicite de la Bible.

     Le symbolisme avait donc fait un tour complet et les images des Mystères avaient pris d’assaut le Christianisme et étaient devenues le centre de l'adoration.

     De ce que nous avons vu plus haut, l'utilisation de la croix est philosophiquement répréhensible dans le Christianisme – pas seulement pour ces raisons, mais aussi parce que les concepts ci-dessus, qui sont logiquement basés sur Dieu et qui sont la prérogative directe de Dieu, sont, dans ce symbolisme, attribué à Christ comme ils l’étaient aux dieux des Mystères. La résurrection se produit comme un acte de l’autorité de Dieu. Dieu seul est immortel (1Timothée 6:16). Christ a assumé l'autorité avec obéissance, donnant sa vie et la reprenant par cette autorité (Jean 10:18). Christ, celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés sont tous d’une même origine (enos pantes) (Hébreux 2:11). L'utilisation du terme enos pantes veut dire qu'ils sont d'un, complètement, à tous égards, de toutes les façons (Thayers). La NIV cherche à atténuer ce texte en le traduisant de la même famille.

     Dieu seul doit être adoré et être l'objet de la prière (Luc 4:8 ; Jean 4:23 ; Apoc. 19:10 ; 22:9). La croix est devenue un symbole en elle-même de la même manière que l'image faite par Moïse (Nombres 21:8-9) est devenue une image en elle-même et serait ainsi idolâtre.

     Le symbolisme qui entoure la croix ainsi que les œuvres et les formes d'art est chargé de concepts, qui ont été apportés dans l'adoration Chrétienne. Les concepts sont dérivés des plus anciennes formes d’adoration, qui ont été apportées ou répandues dans toutes les nations et dans toutes les tribus. L'identification des origines et des rapports étroitement liés est faite dans les sections ci-dessus. La croix, en tant qu’image, n'est pas un outil ou une décoration inoffensive.

     Faire de la croix et de Christ des images et des objets de prières est une violation du deuxième commandement.

     Le concept ou la doctrine impute à Christ le péché suprême de se faire égal avec Dieu, ce que la Bible dit qu'il n'était pas (Jean 14:28 ; Philippiens 2:6). De tels concepts n'ont pas été utilisés dans les deux premiers siècles de l'Église et ils ont, en fait, été vus comme de l'idolâtrie. Beaucoup de nos gens ont été martyrisés pour avoir refusé d'accepter les croix comme symboles de leur foi."

    Article 4 : La croix gammée, l'origine du symbole

     
     
     
    La croix gammée dont l'image a une forte connotation négative depuis son utilisation par le régime nazi, est avant tout un symbole de bon augure désignant l'éternité ou la bonne fortune.
    C'est un symbole très ancien, dont on trouve les traces dès le néolithique, il y'a plusieurs milliers d'années, avant même l'invention de l'écriture. On en retrouve des représentations sur des poteries de Mésopotamie, à partir de laquelle le symbole s'est vraisemblablement exporté vers la Grèce, puis vers l'Inde et la Chine. C'est chez les peuples hindous que l'on en trouve les premières traces écrites (bien que le symbole fut largement utilisé comme élément décoratif auparavant), dans les épopées de Rãmãyana et Mahãbhãrata, composées à partir du 3ème siècle avant J-C. De l'Océanie à l'Europe, le symbole en croix gammée est présent dans de nombreuses cultures depuis des siècles.
    Svastika Hindoue
    Tant chez les Grecs que chez les Hindous, la croix gammée, dont le véritable nom est Svastika (en sanskrit), désigne un signe de bon augure ou l'expression de bonne chance. C'est donc un symbole à valeur positive, dans la majorité des cultures. Les idéogrammes chinois en forme de croix gammée (barres en S) ou de croix gammée inversée (barres en S inversé) désignent respectivement l'éternité (dix milles, c'est-à-dire beaucoup) et le "Coeur de Bouddha". Le svastika inversé est d'ailleurs utilisé sur les cartes pour repérer l'emplacement des temples bouddhiques.
    Ce symbole a été largement perverti en occident du fait de ces liens avec Adolf Hitler et le parti national-socialiste, dont la croix est l'emblème. Néanmoins, résident quelques différences entre la croix gammée nazie et le svastika tel qu'on le représente habituellement dans d'autres cultures. Le symbole associé à la "race aryenne" est penché à 45°, dans un disque blanc entouré d'un cercle ou d'un fond rouge. Dans l'idéologie hitlérienne, la croix représente le combat, le disque blanc représente la "pureté de la race", le cercle rouge représente quant à lui la pensée sociale dont le parti national-socialiste se veut le garant.

    En France, où le symbole détient également une forte connotation négative, l'origine du nom de croix gammée vient de la ressemblance des branches du svastika avec la lettre grecque Gamma (Γ). Malgré la signification généralement positive de ce symbole, il constitue encore un tabou de nos sociétés. Pourtant, la seule association avec les "races aryennes" faite par le parti national-socialiste est issue d'une erreur d'interprétation, de la part d'Emile Burnouf, qui voyait dans les représentations de svastikas grecques, un symbole typique d'une supposée race supérieure. Or le svastika était présent dans les cultures, de nombreux siècles avant les origines déclarées des "Aryens". Source : http://www.le-saviez-vous.fr/2011/05/la-croix-gammee-lorigine-du-symbole.html 

    RENE GUENON : "le symbolisme de la croix"

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter