• L’homéopathie est une médecine caractérisée de traditionnelle, complémentaire ou encore parallèle selon les pays [Organisation mondiale de la santé, médecine traditionnelle : besoins croissants et potentiels, Who policy perspectives on medicines, n°2 May 2002].

    Elle date de 1796, inventée par un médecin allemand Samuel Hahnemann[1]. Elle a été introduite en France dans les années 1830, où elle est reconnue « à orientation médicale » puisque ce sont des médecins qui la pratiquent.

    Toutefois, l’académie française de médecine a recommandé son déremboursement en 2004. Cet avis était  argumenté par l’inexistence de preuve scientifique de l’efficacité des préparations homéopathiques. Où en est on de cet argument ?

    Pour commencer à répondre à cette question, rendez vous en Inde où il est réfuté depuis fort longtemps. Et sur un plan scientifique ! 

    Une fondation indienne a été créée en 1992 à des fins de recherches homéopathiques. Il s’agit de la PBHRF (Prasanta Banerji homéopathic Research Foundation) située à Calcutta qui souhaite « inclure l'homéopathie comme un mode de médecine, scientifique et efficace, de remplacement » de l’allopathie.

    En plus de dispenser des soins aux 100 à 120 personnes atteintes de cancer qu’elle reçoit quotidiennement, la PBHRF dispose donc d’un département de recherche pour donner à l’homéopathie un crédit scientifique auprès de la communauté internationale [http://www.pbhrfindia.org].

    L’activité de recherche principale se compose d'enregistrement de données du traitement de tous les cas de cancers et d’autres maladies mortelles traitées.

    Toutes ces pathologies sont prises en charge suivant des protocoles bien définis, appelés protocoles de Banerji, leurs concepteurs. Ce sont des traitements uniquement homéopathiques, souvent multiples de façon à gérer les symptômes spécifiques (douleur, nausées et vomissements…).

    Dès 1976, les docteurs Banerji père et fils ont présenté leurs résultats dans des articles et lors de conférences, notamment en 1995 à la 5ième conférence internationale de recherche contre le cancer.

    Entre 1990 et 2005, un rapport de la fondation indique que 19% des tumeurs malignes prises ainsi en charge a bénéficié d’une complète régression et 23% supplémentaires d’amélioration ou de stabilisation [2][the banerji protocols – au new method of treatment of brain tumors with ruta and calcarea phosphorica, Prasanta Banerji and pratip Banerji, PBH research foundation].

    En 1999, l’institut national du gouvernement américain dédié à la recherche et à l’information sur le cancer (NCI) a sélectionné 10 cas traités pas la PBHRF, parmi 300, pour les analyser plus avant.

    En effet, depuis 1991, cet institut a eu un processus d'évaluation des données de la médecine dite complémentaire et alternative. L’idée est d’utiliser les mêmes méthodes scientifiques que celles qui évaluent les résultats des traitements allopathiques enseignés dans les facultés de médecine américaines.

    Sur les 10 cas de cancers du poumon et de l’œsophage qui avaient été retenus pour l’analyse, les chercheurs du NCI ont confirmé l’existence de réponses aux remèdes homéopathiques pour 4 [Oncology reports n° 20, p ​​69-74, 2008, Banerji et coll.].

    C’était une preuve suffisante d’efficacité pour que l’organisme de santé américain décide de poursuivre les recherches sur ce protocole. C’est ainsi que la première étude de thérapie alternative pour traiter le cancer a été initiée aux Etats-Unis.

    Sa conclusion était claire sur la nécessité d’approfondir les résultats positifs observés en définissant les modalités de généralisation de tels protocoles de traitements et en améliorant la fiabilité des données scientifiques collectées par la PBHRF sur au moins 2 critères : la qualité constante de la pathologie et l'imagerie, l’amélioration du suivi des patients rendu difficile du fait des coûts de transport et de l’extrême pauvreté des populations.

    Depuis, la collaboration scientifique de la PBHRF se poursuit avec les Etats-Unis, et s’est étendue à d’autres pays, notamment le japon et l’Espagne. Les recherches se poursuivent.

    Une étude, menée par le centre de recherche de l’université du Texas en partenariat avec la PBHRF, publiée en 2010 a conclu que les effets des traitements homéopathique Carcinosin et de Phytolacca étaient aussi puissants que ceux du Taxolâ, le médicament le plus souvent prescrit en chimiothérapie lors d'un cancer du sein [International Journal of Oncology, 2010 ; n°36, p 395-403].

    Ainsi, l’expérience de Jacques Bénéviste[3], qui n’avait pas pu prouver sa théorie sur la mémoire de l’eau a donc été utile. Désormais, l’homéopathie est testée selon les règles reconnues par la communauté scientifique, à savoir les mêmes règles que celles appliquées à l’ensemble des médicaments, rendant toutes les études solides et leurs résultats incontestables.

     Efficace, précise, économique 

     Chacune des études réalisées en vue de tester l’efficacité de l’homéopathie ajoutent d’autres arguments à son bénéfice.

    L’étude de 2010 précise que l’homéopathie a l’avantage de ne toucher que les cellules cancéreuses alors que les traitements allopathiques de radiothérapie ou de chimiothérapie ont des effets sur toutes les cellules [International Journal of Oncology, 2010 ; n°36, p 395-403].

    A l’instar des Etats-Unis, une évaluation suisse des médecines alternatives et complémentaires a été demandée en 2006 par l’Office Fédéral Suisse d’Assurance Sociale. Elle a été réalisée sous la direction des professeurs Bornhıft et Matthiessen de l’Université allemande de Witten/Herdecke. Elle conclut à la preuve suffisante de l’efficacité de l’homéopathie.

    Elle y ajoute une dimension économique en notant que les traitements homéopathiques sont moins coûteux que les traitements allopathiques [Homeopathy in Healthcare – Effectiveness, Appropriateness, Safety, Costs - An HTA report on homeopathy as part of the Swiss Complementary Medicine Evaluation Programme ; Gudrun Bornhöft et Peter F. Matthiessen, Springer-Verlag berlin Heidelberg 2011].

    Le bénéfice économique de l’homéopathie avait été noté en France dans un rapport du conseil national de l’ordre des médecins en France : « en charge annuel pour la sécurité sociale, un médecin homéopathe coûte 249Kfr d’honoraires et 483 kfr de pharmacie (total 938 Kfr) alors qu’un médecin généraliste coûte 414 Kfr d’honoraires et 919 kfr de pharmacie (total 1830 Kfr) soit un coût total deux fois moins important » [Rapport de la commission d’études sur l’homéopathie, Ordre national des médecins, 1997].

     Encore des débats ?

    Parallèlement à ces résultats, le 25 mai 2011, un rapport du Centre fédéral d'expertise des soins de santé belge (KCE) a conclu qu’il n’y avait pas de preuve à l’efficacité de l’homéopathie.

    Aussi, recommande t-il de « réserver la pratique de l'homéopathie aux médecins (ce qui est le cas de 75 % des homéopathes en Belgique) afin de ne pas prendre le risque de ne pas instaurer un traitement médical classique indispensable ou de le démarrer trop tard parce qu'un diagnostic aura été raté ou posé trop tardivement » [http://www.belgium.be – portail belgium.be, informations et services officiels].

    Ceci dit, le rapport précédent du KCE sur l’acupuncture avait eu la conclusion suivante : « Un petit nombre d’études scientifiques de qualité indiquent que l’acupuncture soulage de manière limitée la douleur à court terme, entre autres les douleurs du bas du dos. En ce qui concerne les autres indications, il n’est pas prouvé que l’acupuncture soit efficace ».

    Pourtant sur ce point, l’organisation mondiale de la santé a établi une liste de 43 maladies reconnues comme pouvant être traitées par l’acupuncture en juin 1979 [http://www.who.int/fr].

    De plus, l’institut national américain de recherche en matière de santé (NIH) a été clair en affirmant, en 1997, que l’acupuncture avait une efficacité, particulièrement pour les douleurs (dos, membre, dents, menstruations), les migraines, les nausées, les crampes, les maladies bénignes d’origine inflammatoires, l’arthrite [http://www.nih.gov/].

    L’inexistence de preuves d’efficacité de l’homéopathie a justifié la pratique de l’homéopathie par des médecins en Belgique comme en France notamment : en tant que médecin, l’homéopathe saura poser un diagnostic sûr et orienter vers une autre médecin allopathe si l’homéopathie s’avérait insuffisante.

    Maintenant que nous commençons à disposer de preuves de l’efficacité de l’homéopathie sur certaines pathologies, le débat devrait s’orienter davantage vers une définition claire des maladies en question. Ceci permettrait de fixer un cadre d’exercice aux praticiens homéopathes. Mais alors, pourquoi ne pas établir des nouveaux diplômes validés, accessibles à de tels praticiens, en dehors de la formation accessible strictement aux médecins ?

    En effet, l’homéopathie est une médecine bien différente de la prise en charge allopathique dans la mesure où elle est personnalisée, relève d’une approche holistique de la vie et met davantage l’accent sur la santé que sur la maladie [Organisation mondiale de la santé, médecine traditionnelle : besoins croissants et potentiels, Who policy perspectives on medicines, n°2 May 2002].

    [1] Il a d’ailleurs donné son nom au dosage homéopathique : CH signifie centésimale hahnemannienne

    [2] Sur la période, tous cancers confondus, 4158 patients ont ainsi connu la guérison complète et 4196 une stabilisation ou une amélioration.

    [3] Jacques Benveniste est mort en 2004. Depuis 1988, il était reproché à sa théorie de la mémoire de l’eau de ne pas être vérifiée  selon les règles admises par la communauté scientifique.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Pourquoi appeler ce site ainsi ?

    Parce que je crois en la force de notre vision pour créer un monde meilleur, celui dont on rêve, individuellement et collectivement.

      

    C LE REVE, c'est le rêve ...  fait un peu référence au discours historique de Martin Luther King du 28 août 1963.

      

    grioo.com fournit une traduction de ce texte et j’en tire cet extrait que je vous propose car ils peuvent s’appliquer à tous les hommes, car tous,  nous ne cherchons qu’une chose : le bonheur.

     

    Mais notre route pour y accéder varie d’une personne à l’autre, si bien qu'emprunter ce chemin consciemment nous conduit sur une voie qui peut nous distinguer des autres et qui nous offre alors une formidable expression de liberté et de différence. Une formidable expression de beauté alors que les mots de Monsieur Martin Luther King résonnent :

     

     « Ne cherchons pas à satisfaire notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine. Nous devons toujours mener notre lutte sur les hauts plateaux de la dignité et de la discipline. Nous ne devons pas laisser nos revendications créatrices dégénérer en violence physique. Sans cesse, nous devons nous élever jusqu’aux hauteurs majestueuses où la force de l’âme s’unit à la force physique. (…)

    Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. »

     

    Belle journée à vous !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • L’économie est une façon de traduire les échanges qui existent entre les hommes et entre l’homme et la nature. On peut en définir 3 formes schématiques.

    Tout d’abord,  les échanges peuvent être marchands, recherchant la satisfaction des intérêts individuels et le profit ; ils peuvent aussi être non marchands, inscrits dans une logique de redistribution par l’Etat, basé sur une forme d’obligation de souscription par les citoyens.

    Et enfin, l’économie peut être solidaire, décrivant un système plutôt non monétaire relevant de la solidarité à partir de dons et de contre dons. Les initiatives solidaires réunissent des citoyens dans une relation durable, responsable, entre eux ainsi qu’entre eux et la nature.

     … Ainsi, quand les citoyens se mobilisent, ils rêvent d’un autre modèle économique. Ils souhaitent consommer et vendre localement. Ne pas vendre n’importe comment ou même, ne pas vendre du tout. En voici quelques exemples.

     Les incroyables comestibles

    L’autonomie alimentaire : c’est la merveilleuse expérience que font les « incroyables comestibles », traduction de « incredible Edible ».

    Né à Todmorden, en Grande Bretagne, ce mouvement est celui des citoyens qui cultivent des  fruits et légumes dans des espaces publics ou rendus publics. Les récoltes appartiennent à tous, accessibles gratuitement.

    François Rouillay et Jean-Michel Herbillon ont importé le mouvement en Alsace, à Fréland et Colroy-la-Roche.  « Ils vont semer et planter fruits et légumes sur l’espace privé de leurs maisons respectives, ouvert à l’espace public. Et afficheront la pancarte « Nourriture à partager » [www.incroyables-comestibles-freland.fr].

    L’objectif : fournir de la nourriture de qualité à tous, être co-créateur, devenir co-responsable, remettre du lien entre les gens … partager l’abondance.

    A Todmorden, « la totalité des bacs de partage ne suffit pas à nourrir toute la population des 14.000 ou 15.000 habitants. Mais, grâce à l’action de ces bacs de partage, le catalyseur, les gens ont changé de regard, et de fil en aiguille, d’attitude et de comportement. (…)

    Fin 2011, après trois années d’expérimentation du processus Incredible Edible, un sondage a été réalisé auprès de la population de Todmorden pour connaître les évolutions de son mode de consommation. Les résultats sont sans appel, 83 % des actes d’achats des habitants privilégient les produits de la production locale. L’idée de l’autosuffisance alimentaire de la collectivité devient une perspective réalisable ».

    Pour un producteur local,  lorsque tout, ou presque tout, est produit et consommé localement, il n’a plus besoin d’abandonner sa marge à des intermédiaires pour écouler stock et il retrouve une certaine sérénité.

    Ce mouvement, de concrétisation de l’abondance et du partage, s’étend de Todmorden en Alsace, à une quarantaine de villes en Grande Bretagne, à des localités canadiennes et françaises : Aix les Bains, Clermont Ferrand, Versailles…

    La révision des règles du marché

    Ou bien, c’est l’initiative de « la vrille » en Suisse. Avec à sa tête Françoise Berguer et Willy Cretegny, deux vignerons, propose de modifier deux articles de la Constitution fédérale afin d’opérer un virage radical en faveur d’une « économie respectueuse de l’environnement et du tissu social et économique local » [Tribune de Genève du 2/11/11]. Il s’agit de protéger l’ensemble de la production nationale en rétablissant des droits de douane, des contingents sur les marchandises importées, en interdisant la fixation de prix abusifs par des entreprises en position de leader sur les marchés… La Vrille a jusqu’au 1er mai 2013 pour parvenir à avoir les 100000 signatures nécessaires à la demande d’un referendum d’initiative populaire [http://www.lavrille.ch].

    Au sein de l’Union européenne, une telle démarche de pétition est rendue possible depuis le 01 avril 2012 : « L’initiative citoyenne » est un nouveau droit, qui permet à un groupe d’individus de proposer à la Commission un sujet particulier sur lequel travailler.

    Pour ce faire, il faut que le groupe soit composé d’un million de citoyens issus de 7 pays membres au moins.

    Le Web est probablement l’outil qui peut le mieux aider à entamer une telle démarche.

    Festival alternatif d’économie solidaire et coopérative

    Les 19-20-21 octobre dernier, s’est tenu ce festival en Grèce.

    «  Ces dernières années, nous voyons apparaître et se développer, partout en Grèce, de plus en plus de groupes et réseaux d’économie solidaire, non monétaire, de troc, mais aussi des collectifs de travail. L’action et la participation à ces initiatives prouvent à chacun et à chacune qu’un autre monde est non seulement possible, mais existant. Un monde où les lois du marché et le système économique existant, celui de l’exploitation du travail humain pour le profit, s’effondrent et où les relations humaines acquièrent à nouveau du sens » [Source originale : http://athensfest-economyofsolidarity.weebly.com ; traduit par les étudiants et travailleurs grecs à Paris : http://initiativegrecqueaparis.wordpress.com].

    Initiatives citoyennes : faites vous connaître et reconnaître

    Face à la crise et ses résultantes de pauvreté et de précarité, face aux changements climatiques susceptibles d’induire une crise alimentaire, face à la mondialisation, les initiatives de co-création se multiplient. Communiquer sur leur existence permet que ces mouvements rentrent en contact avec le plus grand nombre possible d’individus. Charge à eux de se les approprier ensuite.

    Le 11 mars 2012, l’Université Internationale Terre Citoyenne (UiTC) a été créée. C’est « une université sans murs » qui a pour objectif d’éduquer, de former et de susciter « l’imagination des citoyens » [uitc-edu.org].

    C’est une initiative collective, décidée initialement à Reñaca  au Chili et  regroupant l’Alliance Internationale Terre Citoyenne [www.terre-citoyenne.org], des mouvements sociaux, des universités publiques et privés ainsi que des centres de recherche et autres.

    C’est un espace de partage collectif, basé sur des recherches, des retours d’expérience, des méthodes pédagogiques innovantes, des ressources didactiques. Ainsi construite, cette université participera à la construction d’un nouveau paradigme, adapté au 21ième siècle, solidaire, humain et responsable. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bonne année du serpent.Jusqu’au 30 janvier 2014 inclus, c’est l’année du serpent selon le calendrier chinois.

    Le serpent fait partie des animaux symboliques de beaucoup de peuples et de tous les temps. Souplesse, vie, protection sont des qualités q’il incarne

    Souplesse

    En Chine, la légende populaire dit que, le tai chi Chuan est lié, en quelque sorte, au serpent. En effet,  ce serait en observant le combat d'un serpent et d'une grue qu'un ermite taoïste nommé Zhang San Feng vivant sur le mont Wudang, aurait créé le Tai Ji Quan. Par ses mouvements souples et ondulés, le serpent parvenait à esquiver et parer les attaques vives et directes de l'oiseau qui finit épuisé (www.qishen.org).

    Vie

    Deux serpents enroulés en spirale représentent également les 2 mouvements, les 2 forces complémentaires qui édifient le monde : le yin et le yang dans le tao, le passage d’un état non manifesté à un état manifesté et inversement, la phase ascendante et la phase descendante entre ciel et terre …

    Cette spirale des deux serpents constitue le caducée, emblème des médecins occidentaux, qui rejoint de cette façon la traduction des principes de condensation et de dissipation de la médecine chinoise, ou encore de l’intériorisation et de l’expansion de la Kundalini. En effet, rappelons que la Kundalini est représentée comme un serpent endormi, lové au niveau du premier chakra ; l’éveil de cette énergie vitale permet à l’initié d’atteindre la Sagesse.

    Pour la symbolique occidentale, la « légende dit qu'Hermès (Mercure en latin) vit deux serpents se battre (image du chaos originel) et qu'il les sépara (scission des opposés) avec un bâton (axe le long duquel le chaos va s'ordonner et devenir le cosmos). Puis, les deux serpents s'enroulèrent autour du bâton dans des sens opposés (équilibre de deux forces opposées opérant symétriquement par rapport à l'Axe du Monde) » (http://asso-yinyang.fr/).

    De cette façon, le serpent incarne l'immortalité, l'infini, et les forces sous-jacentes menant à la création de la Vie.

    On retrouve également, dans le caducée, le schéma d’une molécule d’ADN, base de l’information génétique. Le serpent est alors aussi symbole de connaissance, qui dans sa version duale, se traduit dans la bible par un symbole de tentation : il provoquera la chute d’Adam en lui suggérant de goûter avec Eve aux fruits de l’arbre de la Connaissance.

    Protection

    Le Serpent a aussi un rôle de protecteur : en Égypte où le cobra, l’uræus sacré, protégeait les pharaons, comme dans l'hindouisme et le bouddhisme (un cobra géant protège Bouddha en méditation).

    Et n’est ce pas ce merveilleux rôle de protection que cet animal emblématique matérialise par les remèdes médicaux qu’il fournit ?

    Par exemple, le mamba noir, alias Dendroaspis polylepis, qui est le serpent africain le plus dangereux dispose d’un venin, certes mortel, mais qui semble présenter des propriétés analgésiques comparables à celles des opiacés, sans les effets secondaires habituels (tolérance, addiction) (revue Nature du 4 octobre 2012).

    « Testé sur des rongeurs, il s'est révélé efficace pour bloquer la douleur et a fonctionné in vitro sur des canaux ioniques humains. Mais il faudra des années pour s'assurer que cette molécule sera active et bien tolérée chez l'homme, admet Eric Lingueglia. A ce jour, seule la médecine traditionnelle chinoise fait appel à un venin de serpent, le cobra, comme antalgique, note-t-il » (Hervé Morin – Journal le Monde, 15/10/2012)

     Bon nouvel an chinois !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Entends ce chant dans ton cœur !

    Goutte au plaisir de dormir !

    Le repos, ton ami, t’apporte un beau cadeau :

    Le rêve, inconscient qui s’exprime,

    Protection de l’esprit évitant maladie,

    Pulsion de vie, Intuition, Créateur de projet,

    C’est tout cela le rêve.

    Alors, Merci.

    Et toi, homme de pensée, homme d’humanité, N’hésite pas : Rêve !

    R : Réussite

    E : Eveil

    V : Valorisation

    E : Elan

    La réussite passe par le rêve. Pourquoi ?

    Tout grand projet est porté par le cœur : ne dit on pas  « ce projet me tient à cœur » ? Parfois, on le rêve éveillé : on parle alors de plus en plus de la visualisation dans les livres de développement personnel : un champion qui voit d’avance toute sa course et sa victoire, jour après jour, pour que ce projet se concrétise.

    Et parfois, si la pensée le refoule, le projet apparaît dans la nuit, dans les rêves.

    L’éveil passe par le rêve, parce que le rêve donne des indices et cultive les prises de conscience en permettant à l’esprit de contourner le mental.

    L’état de méditation et l’exploitation spirituelle des données d’un rêve sont au moins les 2 liens qui existent entre rêve et éveil.

    Valorisation, parce que le rêve permet tout.

    Tout est possible en rêve. Et alors, on voit la réussite, on se voit avec les yeux de l’amour, on se valorise.

    Elan :

    - Une fois que l’on a laissé le rêve émerger, que l’on l’a laissé s’exprimer à notre esprit,

    - Une fois que l’on a visualisé sa concrétisation, que l’on a visualisé la réussite,

    - Une fois que l’on a accepté que le rêve puisse se concrétiser, lui ou ce qu’il y a de meilleur pour nous et pour les autres,

    - Une fois que l’on a commencé à s’aimer, que l’on a commencé à se valoriser dans nos pensées,

    Alors un élan merveilleux s’exprime et la vie peut nous montrer combien elle est belle ! Et c’est le rêve …

    Bonne route !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire