•  

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Le blog de Selim Aïssel : http://www.selim-aissel.com/blogessentiel/

    " Selim Aïssel fait partie de ces personnages dont on ne peut pas réellement comprendre ce qu’ils représentent : il n’entre dans aucune catégorie connue et dépasse le cadre des références habituelles. Une chose est claire : il n’est pas, comme nous, encombré intérieurement par les mille et une petites choses de la vie."

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 22 oLa fête de la lumière chez les Hindous : bonne fête ! u 23 octobre 2014 : DIPAWALI (ou Diwali)

    C'est la fête préférée des Indiens, les maisons sont décorées, des bonbons sont distribués, et des milliers de lampes sont allumées.
    Dipavali ou Diwali signifie : une rangée de lampes.

    Dans le nord de l'Inde Dipavali est le jour où Rama fut couronné Roi, en compagnie de la princesse Sita, après sa victoire sur le démon Ravana. Pour fêter l' événement toute la population alluma des milliers de lampes, les enfants firent éclater des pétards. 

    Dans le sud de l'Inde Dipavali est la victoire du Bien sur le Mal. Narakasura un démon de l'enfer lança un défi au Seigneur Krishna. Après deux jours de combat le démon fut tué à l'aube. 

    Enfin une légende concerne le Roi Bali, le démon des mondes inférieurs. Il était tellement puissant qu'il devint une menace  pour les dieux et leurs royaumes. Vishnou se changea en Vamana le nain mendiant pour détruire la pouvoir du démon. Vamana demanda au Roi Bali d'avoir un terrain égal à trois pas. Le démon lui accorda ce territoire. A cet instant Vishnou reprit sa taille céleste, de son premier pas il couvrit le paradis, du deuxième la terre. Bali réalisant qu'il avait devant lui Vishnou, il lui offrit sa propre tête, Vishnou lui marcha dessus et l'envoya dans les profondeurs du monde souterrain. En retour Vishnou lui donna la lampe de la connaissance pour éclairer les ténèbres, et lui permit de revenir parmi les hommes une fois par an pour allumer les lampes avec celle donnée par Vishnou, pour éclairer les ténèbres que sont l'ego, l'ignorance, la cupidité, la luxure, la paresse.
    C'est pourquoi Divali est le symbole de la victoire de la lumière, et apporte un message de paix et d'harmonie au monde.

    source de l'image : http://www.buddhachannel.tv/portail/

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Bonne écoute si douce à l'oreille !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Cette Atlantide redécouverte : Quand le coeur de l’Europe battait sous ce qui est maintenant la mer du Nord

    C’est au court d’une inspection en vue de placer des plates-formes de forage que des plongeurs d’une compagnie pétrolière auraient localisé le site. Des objets trouvaient sur les lieux : harpons, outils en silex… seraient actuellement à l’étude.
    Ces terres qui se situeraient entre l'Ecosse et le Danemark, porteraient le nom de Doggerland et constituerait le véritable berceau de l'Europe.

    "Véritable cœur de l'Europe", le Doggerland, qui aurait compté des dizaines de milliers d'habitants, a disparu sous les eaux entre 18 000 et 5 500 avant J-C. Vous avez dit "Atlantide" ?

    « Imaginez-vous : une cité perdue comme dans les livres et les films, remplie d'une faune incroyable, et d'une flore encore plus impressionnante. Une cité dans laquelle des hommes côtoieraient des mammouths, et d'autres animaux géants. Une cité qui aurait été engloutie par la mer il y a des milliers d'années. L'Atlantide, vous dîtes ? Plutôt le Doggerland. Mais contrairement à l'île mentionnée pour la première fois par Platon, le Doggerland a bien existé, lui. Et bien plus proche que vous ne pouvez l'imaginer.

    Des scientifiques des universités de St. Andrews, de Dundee, d'Aberdeen et de Wales Triniry St. David présentent en effet à Londres jusqu'au 8 juillet les preuves de ce monde perdu qui se situait jadis dans la moitié sud de la mer de Nord actuelle, reliant la Grande-Bretagne au reste de l'Europe, s'étendant de l'Ecosse au Danemark.
    L'exposition de la Société Royale des Sciences qui se tient à Londres raconte ainsi l'histoire de cette cité incroyable dévastée par un Tsunami. Un voyage dont on ressort plein d'images dans la tête…

    "Le Doggerland est le véritable foyer de l'Europe, avant que le niveau de la mer ne monte et dévoile la côte anglaise telle que nous la connaissons aujourd'hui", explique Richard Bates, le géophysicien à l'origine du projet. Il ajoute : "Nous avons spéculé pendant des années sur l'existence de cette cité perdue à partir d'os récupérés par les pêcheurs partout dans la mer du Nord. Mais depuis que nous travaillons avec des entreprises pétrolières, nous avons pu recréer à quoi ressemblait ce territoire".

    Un territoire très vaste, et très complexe. L'équipe a en effet pu modéliser la faune et la flore du Doggerland, mais aussi se faire une idée de l'apparence des hommes qui peuplaient alors cette cité disparue entre 18 000 et 5 500 av. J.-C., et des terribles événements qui ont conduit à sa perte, de la hausse du niveau de la mer, a un tsunami dévastateur.
    Le chercheur du département de géologie de l'Université de St. Andrews affirme en effet qu'"à partir de nombreuses nouvelles données apportées par des entreprises pétrolières et gazières, [ils ont] été capables de donner forme au paysage – et de comprendre pourquoi il y avait des mammouths, un rêne…"

    Le Doggerland aurait donc été un territoire vallonné, rempli de collines, de marais, de lacs et de grandes rivières entraînant la formation d'une côte tordue. Mais tandis que le niveau de la mer montait, les collines seraient devenues un archipel isolé d'îles basses.

    Le Doggerland n'a pas fini de dévoiler ses secrets. Et les recherches, qui durent depuis déjà quinze ans, pourrait donc continuer pendant encore quelques années. L'équipe de recherche continue en effet de rassembler plus de preuves de comportements humains, notamment de possibles lieux de sépultures, mais aussi d'intrigants rochers plantés dans le sol, ou encore un charnier de mammouths.

    Sources :

    • http://www.atlantico.fr/decryptage)
    • http://faitsetranges.blogspot.fr/search/label/Civilisations%20perdues

    OU bien un territoire retrouvé vers Chypre ?

    Un chercheur américain dit avoir retrouvé l’Atlantide au large de Chypre. Selon lui, un bassin de la mer Méditerranée a été submergé lors d’un déluge il y a 11 000 ans. Des sonars ont révélé des indices de constructions humaines sur une colline submergée.
    Selon Robert Sarmast, un bassin de la Méditerranée a été submergé lors d’un déluge survenu vers 9000 avant Jésus Christ. Ce cataclysme a envahi des terres qui, dit-il, étaient celles de l’Atlantide. Aujourd’hui, elles reposent sous 1500 mètres d’eau entre Chypre et la Syrie.
    «Nous l’avons bel et bien enfin retrouvée», a dit M. Sarmast, qui a dirigé une équipe d’explorateurs à 80 km au large de la côte sud-est de Chypre.
    Des sonars en eaux profondes ont donné des indices laissant supposer à l’existence de vestiges de constructions humaines sur une colline submergée, dont un mur de trois kilomètres de long, un sommet fortifié et de profondes tranchées, a-t-il dit, ajoutant que d’autres explorations seraient nécessaires.

    Selon Platon, l’Atlantide était une civilisation insulaire qui a été détruite par un gigantesque cataclysme, ses habitants étant si affamés de pouvoir et si corrompus que les dieux préférèrent les anéantir.

    Ou encore l’atlantide au sud de l’Espagne

    Les chercheurs d’un site archéologique au sud de l’Espagne sont les derniers en date à avoir hurlé : « Nous avons découvert l’Atlantide ! ». Le lieu : le sud de l’Espagne. Quoi ? L’Atlantide n’est pas en Antarctique ?
    Oui, l’Espagne ! Le site, une ville avec plusieurs cercles concentriques, a été découvert après 2 ans d’expériences exploratoires et de sondages géologiques, incluant des radars souterrains, du mapping numérique et « des technologies sous-marines » (probablement des sonars, des caméras de plongée et des sous-marins, l’article de Reuters n’est pas plus précis).
    Pour convaincre les sceptiques, le chercheur en chef, Richard Freund de l’Université d’Hartford, désigne une série de monuments construit au centre de l’Espagne par des réfugiés du littoral qui auraient fui un ancien tsunami. Et affirme ainsi que ce sont des preuves qu’il s’agit de l’Atlantide.

    Toujours pas convaincu ? Une chose est sure, c’est qu’on n’en a pas fini : l’atlantide n’a pas fini de faire couler l’encre (l’ancre) !

    Sources :

    • http://www.gizmodo.fr/2011/03/13/l%E2%80%99atlantide-des-archeologues-affirment-l%E2%80%99avoir-trouvee-au-sud-de-l%E2%80%99espagne.html
    • http://www.atlantyd.org/atlantide-retrouvee-large-chypre-30049.html
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire