• Poseidon, Dieu des tempêtes

    Par ces temps de fortes pluies, je pense à Poseidon. ...

    Dans la mythologie grecque, Poséidon (Ποσειδων) était le dieu de la mer, de la navigation, des tempêtes, mais également des tremblements de terre. Il était le fils de Cronos et de Rhéa.
    Le nom de Poséidon semble dériver de la racine Ποτ, "être le maître", que l'on retrouve dans le latin potens "pouvoir".

    Cette divinité essentiellement marine fait partie des douze Olympiens.
    Il fut assimilé à Neptune chez les Romains.

    Comme le yin et le yang, cette divinité a deux facettes :

    L'Ébranleur de la terre

    La Grèce est une région de forte sismicité où les tremblements de terre s'avèrent fréquents, violents et destructeurs. La mythologie relaie cette sismicité du territoire en attribuant à un dieu, Poséidon, la responsabilité de ces fléaux. On l'appelle d'ailleurs l'Ébranleur de la terre, et ses épithètes poétiques ou cultuelles montrent bien la violence de son pouvoir. Elles sont en effet formées sur des verbes qui signifient pousser, remuer, vibrer ou secouer : dans les mythes, Poséidon frappe le sol, fouette la terre, bouge les fondations, fait s'écrouler les murailles, les palais ou les maisons, crée des failles et des raz-de-marée qui peuvent engloutir des villes entières parfois. La terre qui doit pourtant être stable pour porter les cités des hommes devient alors un jouet entre les mains de Poséidon : on dit d'ailleurs qu'elle danse sous les coups de son trident vengeur. Les hommes ont même peur que la terre n'éclate dans les airs.

    Le Teneur de fondations

    Poséidon fait donc l'objet d'un culte pour apaiser sa colère et l'amener à révéler son versant plus positif : et c'est alors également à lui que les citoyens s'adressent pour garantir les bonnes fondations de leurs cités. Dans ce cas, ils préfèrent l'appeler le Stable ou le Teneur de fondations. 

    ATTRIBUTIONS

    Quand les trois frères se partagèrent le monde, il eut pour sa part l'empire des eaux aussi bien salées que douces. Il a également un pouvoir sur la terre ferme comme l'attestent certains de ses surnoms. Il reçoit en effet les épithètes de gaièoklos "celui qui embrasse la terre" ou d'énosikhthon, "celui qui ébranle la terre", car on le rend responsable des tremblements de terre. Il fait tellement trembler le sol si fort qu'Hadès craint parfois de voir s'effondrer la voûte des Enfers.

    Il soulève les flots sous les coups de son trident et déchaîne la tempête ; il impose silence aux vents et rend le calme aux navigateurs qui implorent sa puissance. Son épouse Amphitrite, est, elle aussi, une personnification de la mer, quand elle vient se briser contre les écueils et le rivages; et Triton leur fils, qui a pour attribut la conque marine, dont il se fait une trompette, est l'image du flot retentissant. Les autres symboles du dieu sont le taureau qui représente le mouvement impétueux des vagues, et le dauphin qui évoque l'idée de la mer tranquille sur laquelle il joue parmi les Néréides. Quant au trident qui est l'insigne propre de Poseidon et d'autres divinités de la mer comme Glaucus ou Nérée, il n'y faut voir qu'un sceptre à trois branches, formant le pendant au foudre triple de Zeus, et non le harpon du pêcheur de thon, comme l'ont prétendu des Modernes après quelques Anciens. 

    LEGENDE

    Fils de Cronos et de Rhéa, Poséidon partagea le sort de ses frères et fut, dès sa naissance, avalé par son père, qui dut le rendre à la lumière par l'effet du breuvage que Zeus lui administra sur les conseils de Métis. Selon d'autres auteurs, Rhéa parvint à soustraire Poséidon à la voracité de son père, elle lui donna à manger un jeune poulain, et elle cacha son fils au milieu d'un troupeau d'agneaux, près de Mantinée; confié à une nourrice du nom d'Arné, Poséidon grandit à l'insu de son père. On disait aussi que le jeune dieu avait été remis par sa mère à Capheira, fille d'Océanos qui l'éleva à Rhodes avec l'aide des Telchines.
    Quand Zeus combattit les Titans et les Géants, Poséidon se rangea à ses côtés et tua pour sa part le géant Polybotès, en lançant sur lui un fragment de rocher détaché de l'île de Cos et devenu plus tard l'îlot de Nisyros. Après la victoire commune, l'héritage paternel fut, divisé en trois lots : Zeus eut le vaste ciel, Hadès les ténèbres épaisses du monde souterrain et Poséidon obtint la mer immense.

    Egal de Zeus par la naissance et la dignité, Poséidon n'en était pas moins soumis à la puissance souveraine de son frère. Le dieu de la mer en gémissait parfois et s'en irritait, et il osa même un jour conspirer avec Héra et Athéna pour détrôner Zeus ; mais celui-ci fut le plus fort, et Poséidon dut expier sa tentative de révolte en allant servir durant un an l'orgueilleux Laomédon, et construire les remparts de Troie.

    Son empire avait cependant de quoi satisfaire son ambition. Maître de la mer, Poséidon avait encore sous sa dépendance les lacs et les rivières ; la terre même lui appartenait en quelque manière, puisqu'il la soutenait sur ses eaux et pouvait l'ébranler selon sa fantaisie. Ne l'avait-on pas vu, lors de la guerre des Géants, fendre de son trident les montagnes et les faire rouler dans la mer, pour en former les premières îles ? N'était-ce pas lui encore qui, à l'époque où la Thessalie n'était qu'un immense lac, avait, en fendant en deux le massif de l'Ossa, frayé une route au Pénée ?

    Il se vante d'avoir créé le cheval, mais on dit que lorsqu' il était encore nouveau-né, Rhéa en donna un à manger à Cronos. Il revendique aussi l'invention de la bride, bien qu'Athéna l'eût déjà inventée avant lui; mais on ne lui conteste pas d'avoir institué les courses de chevaux. Dans ses vastes écuries, il possédait pour ses chars, des chevaux blancs à la crinière d'or et aux sabots d'airain ainsi qu'un chariot d'or qui s'apaise instantanément les tempêtes. En tout cas les chevaux lui sont consacrés, peut-être à cause de sa poursuite amoureuse de Déméter.

    Comme il était d'un caractère bourru et querelleur il préféra bâtir son palais au fond de la mer au large d'Aégée en Eubée (ou d'Héliké).

    MARIAGE

    Poséidon voulut épouser la néréide Amphitrite qui dans un premier temps se refugia dans l'Atlas pour lui échapper.

    Il lui envoya des messagers parmi lesquels Delphinos qui sut si bien plaider sa cause qu'elle accepta de devenir son épouse.

    Pour le récompenser l'image de Delphinos fut placée au firmament pour devenir la constellation du dauphin.

    Le couple eut trois enfants: un fils Triton, et deux filles Rhodè qui donna son nom à l'île de Rhodes et fut mère des Héliades, et Benthésicymé, qui s'établit en Ethiopie. Tout comme son frère Zeus, Poséidon eut de nombreuses aventures extra conjugales mais contrairement à Héra, Amphitrite supporta patiemment ses multiples infidélités.

    DIVINITES MARINES

    Outre Poséidon, la mythologie grecque compte de nombreuses divinités marines. Pontos (la mer) naquit de Gaïa au tout début de la création. Deux Titans, Océan (un grand fleuve dont les Grecs croyaient qu’il entourait la terre), et Téthys engendrèrent les Océanides ou nymphes marines. Pontos et Gaïa engendrèrent Nérée, le « vieil homme de la mer – l’oracle » qui avait don de prophétie. Nérée s’unit à Doris pour enfanter les Néréides, cinquante nymphes marines dont Thétis, la mère d’Achille, et Galatée qui fut aimée du cyclope Polyphème. 

    VOYAGE dans le temps et sur la terre

    Poséidon était vénéré dans les sanctuaires d' Éleusis, à 20 km au nord-ouest d'Athènes, au cap Sounion, dans l'Attique, à Délos, une île Cyclade, ainsi que sur l'île de Tinos.

    Sources :

    Autres références possibles : http://mythes-et-legendes.eklablog.fr

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter