• Les fêtes du mois de septembre (3)

    Du 24 au 26 septembre : Roch Hachana

    La fête de Roch Hachana est célébrée les 1er et 2ème jours du mois de Tichri.
    En hébreu, « Roch Hachana » signifie littéralement « la tête de l’année » et, comme son nom l’indique, c’est le début de l’année dans le calendrier juif.

    A Roch Hachana, D.ieu a achevé la création de ce monde en créant le premier homme, Adam.
    C’est donc l’anniversaire de la création d’Adam et Ève, et donc de la naissance de l’humanité, soulignant la relation unique entre D.ieu et les hommes.

    Les deux jours de Rosh Hashana sont chômés. On n'y fait aucun travail et on se consacre à cette convocation divine.
     

    « Le thème principal de Roch Hachana est notre acceptation de la royauté de D.ieu
    Le thème principal de Roch Hachana est notre acceptation de D.ieu comme notre roi. Les Kabbalistes enseignent que le renouvellement du désir de D.ieu pour le monde, et ainsi de la continuation de l’existence de l’univers, en dépendent. Nous acceptation de la royauté de D.ieu suscite Son désir de prolonger la création du monde pour une année supplémentaire.
    Une bonne partie de la journée est passée à la synagogue. D.ieu ne désire pas seulement avoir un monde peuplé par l’humanité, Il veut aussi établir une relation personnelle avec chacun d’entre nous. Par-delà les aspects collectifs de la célébration, chacun et chacune demande personnellement à D.ieu d’accepter ce couronnement, recréant ainsi l’union exprimée par « Nous sommes Ton peuple, et Tu es notre Roi. »
    Au cœur de l’observance de la fête de Roch Hachana se trouve la sonnerie du choffar, la corne de bélier. Le choffar est sonné les deux jours de Roch Hachana (à moins que le premier jour de Roch Hachana tombe un jour de Chabbat, auquel cas on ne sonne le choffar que le second jour). Cette sonnerie représente, entre autres, la sonnerie de trompette au jour du couronnement d’un roi. Elle est également un appel au repentir, car Roch Hachana marque aussi l’anniversaire du premier péché de l’être humain, ainsi que son repentir et constitue le premier des « Dix Jours de Repentance » qui culminent avec Yom Kippour, le jour du Grand Pardon. En tout, ce sont 100 coups de choffar que nous entendrons pendant les offices de Roch Hachana.


    Voici d’autres aspects de la célébration de Roch Hachana » :
    Les juifs mangent un morceau de pomme trempé dans du miel pour exprimer le souhait d’avoir une année pleine de douceur, ainsi que d’autres plats préparés pour l’occasion. Tous ont une signification particulière et symbolisent la douceur, les bénédictions et l’abondance.


    Ils se rendent près d’un lac, d’une rivière ou de la mer pour y réciter la prière de Tachlikh dans laquelle ils jettent de façon symbolique leurs péchés à l’eau, en évoquant le verset « Et Tu jetteras leurs péchés dans les profondeurs de la mer ». Ainsi, ils laissent leurs manquements passés derrière eux et commencent l’année sur de nouvelles bases.
     

    Et, comme à chaque fête juive, les femmes et les jeunes filles allument les bougies chaque soir de Roch Hachana en récitant les bénédictions appropriées.

    Source : http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/1963545/jewish/Comment-clbre-t-on-Roch-Hachana.htm

    24 septembre et durant 9 nuits chez les hindous :

    NAVARATRI ou DURGA Puja est la deuxième fête la plus importante pour les hindous, consacrée à Shiva.
    NAVARATRI est célébré durant les neuf (Nava) nuits (Ratri), qui suivent la nouvelle lune du mois de Puttathi, en septembre, octobre.

    Durant ces neuf nuits, le Dieu SHIVA, sous son aspect de Mère Universelle, à travers des prières, des cérémonies et des chants sacrés, sanctifiés par la lecture de Devi Mahatmyam ( la gloire de déesse).
    En adorant Shiva, ce sont tous les aspects de la mère universelle qui sont célébrés : SHAKTI est l'énergie manifestée du Dieu SHIVA.

    Trois aspects de cette énergie suprême sont adorés durant NAVARATRI. Tout comme BRAHMA, VISHNOU, et RUDRA (SHIVA dans son rôle destructeur) sont les aspects de triade du Seigneur SHIVA, ainsi les trois aspects féminins MAHALAKSHMI, MAHAKALI, et MAHASARASWATI, sont la manifestation de triade hypostatique, de la Mère Divine DURGA épouse de SHIVA, sous son aspect d'énergie omnipotente et fulgurante.
     

    Les trois premières nuits sont dédiées à MAHAKALI et des prières lui sont offertes pour invoquer la force, la santé et la destruction des impuretés du mental.

    Les trois nuits suivantes nous adorons MAHALAKSHMI et nous lui offrons des prières, pour la prospérité, la beauté et la paix.

    Les trois dernières nuits sont consacrées à MAHASARVATI que les dévots implorent pour le raffinement dans les arts, la culture et les études.

    Le dixième jour est appelé VIJAYADA DASAMI commémorant la victoire de la Déesse sur le démon MAHISASURA.

    C'est un jour de joie et de bon augure pour entreprendre une nouvelle entreprise dans le secteur des études.
     

    COMMENT LA GRANDE DEESSE CHANDIKÂ (DURGA) VAINQUIT LES DEMONS (d'après le Devîmâhâtmya )
    Le chef des Asuras, le démon-buffle Mahisha, après une très longue guerre, vainquit la troupe des dieux et s'empara du trône d'Indra, le régent du Ciel et de la Terre. Les dieux dès lors errèrent sur la terre, égarés. Ils confièrent alors leur détresse à Vishnou et à Shiva. Ces deux grands dieux entrèrent dans une colère qui se transforma en une lumière très vive qui irridia encore plus violemment en frappant le visage des autres dieux. De cette masse lumineuse, une forme féminine extrêmement brillante. Tous les dieux reconnurent en elle la grande déesse Chandikâ. Ils la saluèrent, chantèrent ses louanges et lui offrir de magnifiques parures. Ils lui confièirent leurs propres armes.
    Ainsi, Shiva lui donna son trident, Vishnou, un disque, Agni, une lance, Kâla, le dieu du Temps, une épée et un bouclier, Indra, son foudre, Himalaya, le dieu des montagnes, un lion qui devint sa monture et Kubera le dieu des richesses, un hanap toujours rempli de vin. La déesse éclata d'un rire terrifiant qui fit trembler les trois Mondes et elle engagea le combat contre les troupes du démon-buffle et leurs lieutenants, avant d'affronter leur chef suprême, Mahisha, qui se transformait à volonté, revêtant diverses formes.
    La déesse vida d'un trait la coupe de vin offerte par Kubera et, ivre de colère, sauta sur le dos du démon-buffle qu'elle transperça de son trident. De la gueule du buffle émergea le démon dont la déesse trancha la tête.
    Reconnaissants, les dieux lui adressèrent des hymnes de louanges et ellle leur promit d'intervenir chaque fois que l'ordre du Monde serait menacé. L'occasion ne se fait d'ailleurs pas attendre puisque deux autres démons, les Jumeaux Shumbha et Nishumba, nés du cérumen qui s'écoulait des oreilles de Vishnou, décidèrent de capturer Chandikâ afin qu'elle soit leur.
    "Les dieux ont tout perdu, se dirent-ils, pourquoi garderaient-ils un tel joyau ?". Shumbha envoya un messager demander la main de la déesse. Elle lui fit répondre qu'elle avait autrefois fait vœu de n'épouser que celui qui parviendrait à la vaincre en combat régulier. Son prétendant engage alors un combat et pour affronter les troupes de démons lancées par celui-ci, la déesse revêt différentes formes, prenant même l'apparence de la déesse noire Kâlikâ et de Châmunda.
    Shumbha décida de lancer une offensive massive contre Chandikâ. Les dieux, ce voyant, firent jaillir d'eux-mêmes leurs énergies sous la forme de sept déesses, les Sept Mères, qui se mirent immédiatement au service de Chandikâ. Un opposant encore plus redoutable, Raktabîja, surgit à ce moment-là et chaque fois qu' une goutte de son sang tombait par terre, celle-ci donnait naissance à de nombreux autres démons par une sorte de fissiparité. Mais la très vigilante Kâlikâ but au fur et à mesure et jusqu'à la dernière goutte le sang de ce démon qui fut ainsi vaincu.
    Le combat contre les deux frères jumeaux redoubla d'intensité. Chandikâ de sa lance perce le cœur de Nishumbha, avant de lui trancher la tête comme elle l'avait fait pour Mahisha. Quant au dernier opposant, Shumbha, il vit ses armes brisées par la déesse, de sorte qu'il dut l'affronter à mains nues. Il tomba sur le sol, rebondit et s'éleva dans l'espace, entraînant la déesse qui, bien vite, se dégagea de son emprise et le précipita du haut du Ciel sur la Terre, avant de le transpercer de sa lance. L'Univers connut enfin la paix. Tout brilla de nouveau. Chacun des dieux retrouva sa fonction et Chandikâ leur renouvela son appui; chaque fois que les démons reprendront les hostilités, elle interviendra immanquablement. Et la déesse, avant de se retirer, indiqua aux dieux comment la vénérer dans les temps à venir.
    La déesse Chandikâ est révérée sous le nom de Durga. La puja dédiée à Durga dure neuf jours.

    Source : http://www.templeganesh.fr/fetes_hindoues.html

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter