• La mort du Maître (Khalil Gibran)

    La mort du Maître (Khalil Gibran)Bonjour. Dans la voie de l’éternelle sagesse, le poète d’inspiration soufiste, Khalil Gibran rapporte la mort du Maître et les mots de son disciple à la foule venue et assemblée, dont voici un extrait ci-dessous. Il est question de la vie et de la mort, il est question du donner et du recevoir, il rend hommage à la sagesse. Puissent ces mots vous parler !  

     « Seuls ceux qui n’ont jamais pénétré dans le Temple de la vie, ni fertilisé le sol de la moindre goutte de sueur de leur front mérite vos pleurs et vos lamentations quand ils quittent cette terre.

    Or, le Maître n’a-t-il pas passé chaque jour de sa vie à œuvrer pour le bienfait de l’Homme ? Y aurait il quelqu’un parmi vous à n’avoir pas bu à la claire fontaine de sa sagesse ? Si donc vous tenez à l’honorer, adressez à son âme bénie un hymne de louange et de reconnaissance, non point des chants et des lamentations funèbres. SI vous voulez lui témoigner le respect qu’il mérite, exercez votre droit à la reconnaissance en lisant les livres de sagesse qu’il a laissés en héritage.

    Il ne convient pas de donner au génie mais de recevoir de lui. Cela est l’unique manière que vous aurez de l’honorer. Ne pleurez pas sa mort mais réjouissez vous et désaltérez vous à souhait à la fontaine de sa sagesse. De la sorte seulement lui payerez-vous le tribut, qui en vérité, lui revient »

    Après avoir entendu les paroles du Disciple, la foule retourna vers ses demeures, l’âme souriante et le cœur plein de chants de remerciements.

    Almuhtada resta seul en ce monde. Pourtant jamais la solitude ne s’empara de son cœur, car la voix du Maître continuait de résonner à ces oreilles, l’engageant à perpétuer l’œuvre du Prophète et à répandre ses paroles dans le cœurs et l’esprit de ceux prêts à les écouter de leur plein gré. »

     A ma mère …

    Biographie de Khalil Gibran (source Wikipédia)

    Son prénom est celui de son père : Khalil, que la Directrice d’école aux États-Unis, écrira mal (Kahlil) : il choisira comme signature de ses œuvres en anglais.

    « Gibran est né le 6 janvier 1883 dans le nord du Liban) de la fille d’un prêtre de rite maronite. En raison de la pauvreté de sa famille, Gibran ne reçoit pas d’éducation formelle au cours de son enfance. Toutefois, les prêtres qui rendent visite régulièrement à sa famille » l’enseignent et lui apprennent l’étude de la Bible.

    Vers 1891, le père de Gibran est incarcéré sur des allégations de détournement de fonds, et les biens de sa famille confisqués. La mère de Khalil Gibran, décide de rejoindre son frère aux Etats-Unis, où le père les rejoindra à sa libération. Ils vivent à Boston.

    Khalil Gibran commence l’école le 30 septembre 1895 et est aussi inscrit dans une école d’art. Grâce à ses enseignants, il est présenté à des artistes, à des photographes. .. Un éditeur utilise certains des dessins de Gibran pour des couvertures de livre en 1898.

    La mère de Gibran et ses frères préfèrent qu’il soit l'imprégné de son patrimoine culturel d'origine plutôt que de la culture occidentale] :à quinze ans, il est donc envoyé dans son pays natal pour étudier. Il commence un magazine littéraire étudiant avec un camarade de classe et il est élu « poète du collège».

    La mystique de Gibran se trouve au confluent de plusieurs influences : le christianisme, l'islam dans son versant soufiste, les grandes religions de l'Inde,...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter