• La liberté par Chiara Luce badano

    Chiara Luce Badano est une jeune italienne, décédée à l’âge de 18 ans en 1990 d’un cancer des os et béatifiée le 25 septembre 2010 à Rome.

    Vous pouvez découvrir son histoire à l’adresse suivante : http://chiaraluce.free.fr.

    Voici une de ses  dissertations, sur la liberté. Elle l’a écrite en 1989, peu après les affrontements sur la place Tien’anmen. En Afrique du Sud, le combat contre l’apartheid est mené… 

    « Les journaux, la télévision et les médias en général nous parlent souvent de liberté; nous en avons une douloureuse illustration dans les événements survenus récemment sur la place Tien’anmen. La photo de ce jeune, immobile devant un char armé, est l’emblème d’une recherche souvent désespérée et héroïque qui pousse les jeunes d’aujourd’hui à lutter jusqu’au péril de leur vie.

    En feuilletant les journaux de ces derniers jours ou en allumant la télévision, nous sommes touchés par cette marée de réfugiés qui quittent les pays de l’Est, oubliant les dangers dans leur course vers la liberté, et aussitôt nous pensons à la lutte silencieuse et tenace du peuple sud-africain.

    Liberté en tant qu’égalité, et donc en tant que disparition de toute forme de racisme; liberté comme pouvoir d’autodétermination des peuples ; liberté d’expression, de pensée, de religion; liberté affranchie du besoin, comprise comme le droit de disposer des moyens de subsistance, et je parle ici de cette partie de la population qui, aujourd’hui encore, meurt de faim, de ces personnes que l’on prive de la principale liberté : celle de vivre.

    La recherche de la liberté et la lutte pour la conquérir est une constante dans l’histoire du chemin des hommes ; un chemin non encore achevé, un but qui reste à atteindre, même si beaucoup de barrières se sont déjà écroulées.

    Nous, Occidentaux, héritiers des idées de la Révolution américaine et de la Révolution française, formés à des principes dictés par le christianisme ; nous qui vivons dans des États démocratiques, peut-être croyons-nous avoir accédé à la liberté. Mais est-ce vraiment le cas ?

    Même s’il tend constamment vers ce bien commun, l’homme, en cherchant à s’affranchir de certains interdits, se rend esclave de lui-même à travers la course à la consommation, au bien-être, à travers la recherche acharnée du pouvoir. »

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter