• 24 août, Saint-Barthélemy.

    Oui mais saint Barthélemy, recouvre tout autant la foi et la liberté, que la tyrannie et l'exploitation. 2 versants bien connus de l'humanité soumise à la dualité.

    L'un des 12 apôtres de Jésus

    Barthélemy est l'un des douze apôtres choisis par le Christ pour continuer sa mission et porter la Bonne Nouvelle vers toutes les nations. On l'identifie habituellement avec Nathanaël, dont le début de l'Évangile selon saint Jean donne un portrait fort vivant. À cet homme de Cana en Galilée, Philippe vient annoncer : "Celui de qui il est écrit dans la Loi et les Prophètes, nous l'avons trouvé. C'est Jésus, le fils de Joseph de Nazareth." La réaction de Nathanaël est franche et spontanée, avec ce qu'elle suppose de rivalités de villages : "De Nazareth (sous-entendu : d'un tel trou !), que pourrait-il sortir de bon ?"
    Jésus passe et fixe son regard sur lui ; il lance une appréciation pleine d'humour : "Voici un véritable Israélite, chez lequel il n'y a pas d'artifice" (qui dit ce qu'il pense, sans détour). Nathanaël, tout retourné, lui demande : "Mais, tu me connais ?". Jésus lui fait cette réponse :  "Avant même que Philippe ne t'appelle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai remarqué". Que voulait-il signifier ? À l'époque du Christ, dans les commentaires des rabbins Juifs, le figuier était comparé à l'arbre de la connaissance du bien et du mal. L'expression "être sous le figuier" pouvait s'appliquer à quelqu'un qui s'intéresse intensément aux saintes Écritures.

    Nathanaël est tout fier et heureux d'avoir été remarqué et félicité par ce Maître qui, sans doute, l'a déjà intrigué. Tout aussi spontanément qu'il était sceptique, il lui accorde sa foi et sa confiance. Il proclame : "Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël". La tradition des Églises d'Orient rapporte de l'apôtre Barthélemy-Nathanaël qu'il évangélisa, après la Pentecôte, la Phrygie, les rives du Bosphore et l'Arménie.

    D'étymologie araméenne, Barthélémy signifie "fils de Tolmaï" (bar-Tolmaï). Nathanaël signifie en hébreu "Yahvé (Dieu) a donné.

    Barthélemy est généralement fêté le 24 août en occident et le 25 août en orient.

    Il a évangélisé  l'Arménie, but suprême de son apostolat, les Indes, où Pantène, au siècle suivant, trouva un exemplaire de l’Évangile de saint Matthieu en lettres hébraïques qu'il y avait laissé.

    Il est mort écorché vif, ce qui explique qu’il est parfois représenté avec un couteau et qu’il est patron des bouchers.

    Ses reliques se trouvent à la basilique San Bartolomeo all'Isola (en français basilique de Saint-Barthélemy-en-l'Île), située à Rome, sur l'Île Tibérine, sur le site de l'ancien temple d'Esculape ou Asclépios.

    Son nom sacré est associé à un massacre

    Le 24 août 1572, jour de la Saint-Barthélemy, le carillon de l'église de Saint-Germain l'Auxerrois, en face du Louvre, donne le signal du massacre des protestants, à Paris et dans le reste du pays.

    C'est le jour le plus noir des guerres de religion entre catholiques et protestants qui ont ensanglanté le pays pendant plus d'une génération. Il est devenu le symbole universel du fanatisme.

    Tout a commencé par un... mariage, le 18 août 1572, celui d'Henri de Navarre et Marguerite de Valois, sœur du roi Charles IX (celle-là même qui entrera dans la légende sous le surnom de reine Margot).

    Les assistants de la noce, tant catholiques que huguenots (surnom des protestants), sont très agités en raison de la rumeur d'une prochaine guerre contre l'Espagne catholique du roi Philippe II.

    Depuis plusieurs mois, l'amiral Gaspard de Coligny, chef de la faction protestante et principal conseiller du roi, tente de convaincre le roi d'envahir la Flandre, possession espagnole.

    Mais les chefs de la faction catholique, à savoir les frères de Guise et le duc d'Anjou, frère du roi Charles IX (qui lui succèdera plus tard sous le nom d'Henri III) ne veulent à aucun prix de cette guerre. La reine-mère Catherine de Médicis n'en veut pas davantage.

    Le matin du 22 août, soit quatre jours après le mariage princier, un capitaine gascon blesse Coligny de deux coups d'arquebuse. Le roi se rend au chevet de son conseiller qui l'adjure de ne pas chercher à le venger !

    Les noces s'achèvent dans la confusion. Malgré les recommandations de Coligny, les chefs protestants réclament justice. Au palais du Louvre où réside le roi de France, Catherine de Médicis craint d'être débordée par les chefs catholiques, qui reprochent à la monarchie de trop ménager les protestants.

    Pour sauver la monarchie, elle décide de prendre les devants et de faire éliminer les chefs protestants (à l'exception des princes du sang, Condé et Navarre, le jeune marié).

    Le 24 août, fête de la Saint Barthélemy, avant le lever du soleil, Coligny est égorgé dans son lit et son cadavre jeté dans la rue et livré aux exactions de la populace.

    Les gardes et les miliciens, arborant une croix blanche sur leur pourpoint et une écharpe blanche, poursuivent le massacre dans le quartier de Saint-Germain l'Auxerrois. Ils massacrent deux cents nobles huguenots venus de toute la France pour assister aux noces princières et rassemblent leurs cadavres dans la cour du Louvre. Certains chefs protestants, prévenus à temps, arrivent à s'enfuir avec les gardes des Guise à leurs trousses.

    Quand la population parisienne sort dans la rue, réveillée par le tocsin, elle prend connaissance du massacre. C'est aussitôt la curée. Dans les rues de la capitale, chacun s'en prend aux protestants de rencontre.

    Les malheureux, hommes, femmes, enfants, sont traqués jusque dans leur lit et mis à mort des pires façons. Et l'on en profite pour piller les biens des victimes.

    Saint-Barthélemy c’est aussi une île

    C’est une île française des Petites Antilles et une collectivité d’outre-mer (COM) au sens de l'article 74 de la Constitution depuis le 15 juillet 20074. Avant cette date, à laquelle le changement de statut a pris effet lors de la première réunion du conseil territorial nouvellement élu, elle était une commune et un arrondissement, dépendant du département d’outre-mer de la Guadeloupe.

    Elle est familièrement appelée Saint-Barth (ou St Barts par les anglophones). Ses habitants sont communément appelés Saint-Barths.

    Son code postal est le 97133 et son code officiel géographique (code Insee) est le 977 depuis le 1er janvier 20085, (ou le 97701 en forme longue).

    Les premiers habitants étaient amérindiens. De cette période, on retiendra notamment les indiens Arawaks. C’est à eux que l’on doit le nom de « Ouanalao » (probablement la première appellation de l'archipel), qui est inscrit sous le blason de l’île et dont la signification a quelque chose à voir avec les iguanes, autrefois présents en masse dans cette partie du monde. La dénomination de Saint-Barthélemy lui a été donnée par son premier colonisateur : Christophe Colomb. Lors de son deuxième voyage vers les Amériques, en 1493, l’explorateur découvre l’île et la baptise d’après le prénom de son jeune frère : Bartolomeo.

    En 1648, une trentaine de colons de l’île de Saint-Christophe débarque. Trois ans plus tard, en 1651, l’Ordre de Malte rachète Saint-Barthélemy. L’Ordre tente alors d’exploiter sa nouvelle acquisition : la culture du sucre étant mal adaptée, ils s’orientent vers la culture du coton et de l’indigo. Ils développent aussi le travail du sel, la pêche et l’élevage. En 1656, un grand massacre éclate entre les indiens et les colons. L’Ordre de Malte quitte alors l’île, la laissant à l’abandon. Il faudra encore attendre trois ans pour que d’autres colons, eux aussi de Saint-Christophe, débarquent à leur tour, accompagnés d’esclaves.

    L’île comme monnaie d’échange : En 1784, l'île est cédée par Louis XVI au roi Gustave III de Suède contre un droit d'entrepôt à Göteborg. Les Suédois font de Saint-Barthélemy un port franc en 1785. En hommage au roi de Suède, le principal bourg de l'île (Le Carénage) est renommé Gustavia vers 1787. Une ordonnance de « Police générale » suédoise légifère l'esclavage à Saint-Barthélemy à partir de 1787 en lieu et place du Code Noir français. ; l'esclavage y fut définitivement aboli le 9 octobre 1847.

    De la période suédoise, on retiendra aussi un fait rarissime pour l’époque. En 1814, un communiqué annonce l’ouverture d’une école qui enseigne « aux enfants des deux couleurs et des deux sexes ». Ils y apprennent le français, l’anglais et l’espagnol, ainsi que plusieurs autres disciplines.

    Après l’abolition, la plupart des anciens esclaves, mais aussi des anciens « libres de couleur », participent à cet exode ; ce qui explique pourquoi aujourd’hui la population de Saint-Barthélemy est à majorité blanche.

    Le 10 août 1877, Oscar II, roi de Norvège et de Suède, signe un traité qui rétrocède l’île à la France pour la modique somme de 320 000 francs : l'île est rattachée alors à la Guadeloupe dont elle devient une commune en 1946.

    En 1957, David Rockefeller y achète une propriété et l'île amorce sa transformation en une destination touristique haut de gamme.

    Sources :

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Bonne fête de l’assomption !

    Aujourd’hui 15 aout, nous célébrons la résurrection de Marie.

    Née un 8 septembre, décédée un 13 août, elle a choisi de mourir et de ressusciter 3 jours plus tard, à l’instar de son fils Jésus Christ (« Vie divine de la très sainte Vierge Marie », par Marie de Jésus d’Agréda) : « quant à l’odeur dont le (son) saint corps avait embaumé toute la maison, elle s’y fit sentir un an entier et plusieurs années dans l’oratoire devenu un lieu de refuge pour les affligés qui y trouvèrent un remède miraculeux à leurs maux ».

    A ces mots, nous pouvons nous interroger sur la mort. Et des Saints catholiques ou d'autres confessions nous enseignent :

    PADRE PIO

     

    Et encore : Corps intact Saint-Bernadette Soubirous, incorruptible body !

    Je vous souhaite une belle journée !

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • En Angleterre, en pleine révolution industrielle, William Booth fonde la Mission chrétienne de l'Est de Londres le 5 juillet 1865. Cette mission devient, le 7 août 1878, l'Armée du salut. 

    William Booth propose un autre moyen de salut à ces populations qui vivent dans la misère.

    Pour lui, le progrès social, politique et économique devrait découler d'une profonde transformation intérieure de l'homme, réconcilié avec lui-même par la puissance de l'Évangile. William Booth sait cependant qu'avant de partager la promesse biblique, il faut pouvoir lui proposer des conditions de vie décentes sur terre. C'est l'origine de la devise : Soup, soap, salvation (Soupe, savon, salut).
    Depuis 1891, durant le mois de décembre, l'Armée du salut organise une collecte de fonds dans la rue, ce sont les Marmites de Noël.

    Membre à part entière de l'Église chrétienne, l'Armée du salut refuse de se laisser réduire au rang d'une simple institution charitable.
    Sa mission consiste à annoncer l'Évangile de Jésus-Christ et à soulager, en son nom, sans distinction aucune, les détresses humaines.


    « Tant que des femmes pleureront, je me battrai
    Tant que des enfants auront faim et froid, je me battrai,
    Tant qu'il y aura un alcoolique, je me battrai,
    Tant qu'il y aura dans la rue une fille qui se vend, je me battrai,
    Tant qu'il y aura des hommes en prison, et qui n'en sortent que pour y retourner, je me battrai,
    Tant qu'il y aura un être humain privé de la lumière de Dieu, je me battrai,
    Je me battrai,
    Je me battrai,
    Je me battrai. »
    William Booth


    Pour regrouper et mettre à l'œuvre les convertis qui le suivent, William Booth s'inspire du modèle militaire. Son organisation adopte vite une hiérarchie, une discipline, un drapeau, un uniforme, des règlements, un vocabulaire spécifique.

    Dans chaque pays, l'Armée du salut est constituée sous forme de territoire ou de command. Un territoire salutiste peut regrouper plusieurs pays commandé par un officier supérieur depuis un quartier général territorial. Depuis l’origine, le quartier général international est basé à Londres.

     Aujourd’hui, cela fait 149 ans que l’armée du salut a été créée.

     Drapeau de l'Armée du salut :
    *Le bleu symbolise la pureté de Dieu
    *Le rouge symbolise le sang versé par Jésus-Christ
    *Le jaune symbolise le feu du Saint-Esprit.

    Référence = Wikipédia

     

    A l’occasion des dernières élections municipales en France, l’Armée du salut as fait trente propositions concrètes aux candidats autour de cinq droits fondamentaux :

    « Un droit à une ville plus accessible
    Afin que la ville appartienne à tous, la Fondation de l’Armée du Salut propose des solutions pour le développement de nouveaux hébergements, le respect de la mixité sociale dans le logement et l’habitat, et une meilleure accessibilité aux services de la ville pour les personnes en difficulté ou à mobilité réduite.

    Un droit à l’alimentation
    La Fondation de l’Armée du Salut propose la création d’un droit au repas, en multipliant les modes d’aide alimentaire (ouverture de nouveaux lieux de distribution et d’épiceries sociales, mutualisation des lieux existants, soutien aux acteurs en place, portage de repas), tout en favorisant l’autonomie des personnes, lorsque c’est possible.

    Un droit à l’égalité des chances pour chaque enfant
    La Fondation de l’Armée du Salut propose de garantir un meilleur fonctionnement des crèches (ouverture de nouvelles crèches municipales, aide au développement des projets de mini-crèches, horaires plus flexibles dans les structures existantes) et le développement de l’aide aux vacances pour les familles défavorisées.

    Un droit à parole pour tous
    La Fondation de l’Armée du Salut propose une meilleure représentation du monde associatif et une participation des personnes aidées dans les structures de gouvernance communales et intercommunales (ex. : notamment dans les conseils de quartier).

    Un droit à un accueil digne pour les étrangers
    La Fondation de l’Armée du Salut propose de faciliter l’intégration républicaine des personnes étrangères sédentarisées, en favorisant la démocratie participative au niveau local et d’organiser un accueil plus digne pour les gens du voyage. »

    Pour en savoir plus : http://www.armeedusalut.fr/actualites.html

     

    Soyez charitable et passez un excellent week end !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  La coupe du monde 2014 du football au Brésil : ça se fête en musique !

    Un Gainsbourg bresilien ...

     

    Une reprise de Balavoine ? Ismael Izaac de Côte d'Ivoire

    "Les feuilles mortes" version disco bresilien de David Chaleyssin

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 24 mai : Jour officiel du Pèlerinage de Sainte Sara aux Saintes Maries de la Mer

    9 octobre : Fête de sainte Sara  

    Dans la tradition chrétienne

    D'après la tradition, le bateau transportait Marie Salomé, femme de Zébédée et mère de Jean et Jacques le Majeur; Marie Jacobé, femme de Clopas, mère de l'apôtre Jacques le Mineur, et possible cousine de la Vierge Marie; Marie Madeleine; Sainte Sara; Lazare; Marthe, la sœur de Lazare; Saint Maximin.

    Sara étant âgée, elle resta aux saintes Marie tandis que, notamment, Marie Madeleine et saint maximin allèrent vers Marseille et ses environs.

    Sara viendrait de Haute-Égypte épouse répudiée du roi Erode et serait la servante noire de Marie Salomé et Marie Jacobé ; après la Crucifixion de Jésus, à la mort de Marie, Marie-Salomé, Marie Jacob et Marie Madeleine auraient dérivé sur une barque vers la côte provençale, au lieu dit Oppidum-Râ, ou Notre-Dame-de-Ratis (Râ devenant Ratis, signifiant  barque); le nom passant à Notre-Dame-de-la-Mer, puis aux Saintes-Maries-de-la-Mer en 1838.

    Histoire du culte

    En Camargue, l'immersion rituelle de la statue de Sarah (sans le h en chez les gitans) dans la mer obéit à une tradition séculaire.

    Les influences

    Kâlî : Sarah-la-Kali (Sarah la noire) peut rappeler la déesse indienne Kâlî (Bhadrakali, Uma, Durga, et Syama) 

    Cette appellation concorde avec l'hypothèse de la provenance indienne des Roms vers le IXe siècle. Elle serait alors une manifestation syncrétique et christianisée de Kali.

    Durga, autre nom de Kali, déesse de la création, de la maladie et de la mort, pourvue d'un visage noir, est aussi immergée dans l'eau tous les ans en Inde. (Weyrauch, 2001, 262), bien que la hiérarchie catholique romaine tente de garder le pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer dans le giron officiel de la chrétienté.

    Cette origine hindoue de Sainte Sara se confirmerait aussi dans le fait que la statue n'est pas exposée dans une église mais dans la crypte. Selon les Roms, la Sainte vient d'un temps où les églises n'existaient pas8. Même si les habits de Sainte Sara sont différents de ceux de Kâlî (la Déesse est nue, « vêtue » de sa longue chevelure), sa face noire, quant à elle, l'a relie clairement à la représentation de la Déesse hindoue.

    Lors du culte à « Sara-Kâlî », on vient d'abord illuminer des bougies, et l'on porte un baiser respectueux sur un pied ou le bas de la robe de la statue sacrée. L'après-midi, vers quatre heures, la Sainte est portée sur les épaules des hommes qui se dirigent vers la mer où elle sera immergée comme le sont les divinités hindoues lors de leur fête.

    La Sainte Sara-Kâlî des Roms est la Déesse protectrice de leur peuple, une Déesse particulière dont le seul rôle est d'écouter et d'entendre les prières de ses dévots et de les accompagner dans toutes leurs vicissitudes en leur offrant une protection « magique »

    Mère Kâlî est une des facettes majeures de la Mâyâ primordiale (« Magie, illusion cosmique »). Ses attributs lui permettent de vaincre tous les ennemis du Bien ; Kâlî est une partie féminine de Kâla, le Temps. Le Temps est le grand Destructeur, mais aussi le Grand Sauveur. Il tue, mais aussi garde en lui-même le secret de l'immortalité (Yama). Kâlî, purificatrice, soulage toutes les souffrances.

    Voici un chant de la Déesse Kâlî qui précise sa fonction divine :

    « Celui qui est perdu dans une forêt en feu, ou celui qui est attaqué par des brigands dans un coin solitaire, ou celui qui est capturé par l'ennemi, ou celui qui est poursuivi par un lion, ou un tigre, ou par des éléphants sauvages, ou celui qui, sous les ordres d'un roi mauvais est condamné à mort ou a été emprisonné, ou celui dont le bateau est secoué dans une tempête ou sous une pluie battante, ou ceux qui sont confrontés à de terribles épreuves, ou qui sont affligés et dans la peine, que ces hommes se souviennent seulement de mon histoire et ils seront écartés de toutes ces embûches. Par mon pouvoir, lions, voleurs, ennemis, etc. sont écartés de ceux qui font appel à moi »

    Une autre version de l’histoire de Sara

    Pour les Roms, Sara était un des premiers membres de leur peuple à abandonner le polythéisme pour recevoir la révélation de Dieu unique : il est dit qu’un jour, Sara eut une vision qui l'informa que les saintes présentes à la mort de Jésus allaient venir, et qu'elle devait les aider. Sara les vit arriver sur leur embarcation. La mer était agitée, et le bateau menaçait de se renverser. Marie Salomé jeta son manteau sur les vagues et, l'utilisant comme un radeau, Sara flotta vers les saintes et les aida à atteindre la terre ferme par la prière.

    (source : extrait de Wikipedia)

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Invictus (William Henley)

    Dans les ténèbres qui m’enserrent,
    Noires comme un puits où l’on se noie,
    Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
    Pour mon âme invincible et fière,

    Dans de cruelles circonstances,
    Je n’ai ni gémi ni pleuré,
    Meurtri par cette existence,
    Je suis debout bien que blessé,

    En ce lieu de colère et de pleurs,
    Se profile l’ombre de la mort,
    Et je ne sais ce que me réserve le sort,
    Mais je suis et je resterai sans peur,

    Aussi étroit soit le chemin,
    Nombreux les châtiments infâmes,
    Je suis le maître de mon destin,
    Je suis le capitaine de mon âme.

    Traduction d'après la VF du film Invictus

    Commentaires

    « Le titre latin signifie « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible »1 et se fonde sur la propre expérience de l'auteur puisque ce poème fut écrit en 1875 sur son lit d'hôpital, suite à son amputation du pied. William Henley disait lui-même que ce poème était une démonstration de sa résistance à la douleur consécutive à son amputation.

    Lorsque le texte est écrit, William Henley a vingt-cinq ans. Il survivra à son opération et vivra avec un seul pied jusqu'à l'âge de cinquante-trois ans. Ce poème est publié pour la première fois en  1888 dans un recueil d'Henley, au sein d'une série de quatre textes sur la vie et la mort.

    Ce poème joue un grand rôle dans la vie de Nelson Mandela durant sa période d'incarcération à Robben Island », dans une cellule de 9m² durant près de 18 ans. Le film « invictus » portant sur un ‘épisode’ de sa présidence, sorti en 2009, porte le titre de ce poème. 

    Autre traduction du poème ( extraite de la série Les Frères Scott en version française)

    Dans la nuit qui m'environne,
    Dans les ténèbres qui m'enserrent,
    Je loue les dieux qui me donnent une âme
    A la fois, noble et fière.

    Prisonnier de ma situation,
    Je ne veux pas me rebeller.
    Meurtri par les tribulations,
    Je suis debout, bien que blessé.

    En ce lieu d'opprobre et de pleurs,
    Je ne vois qu'horreur et ombres.
    Les années s'annoncent sombres,
    Mais je ne connaîtrai pas la peur.

    Aussi étroit que soit le chemin,
    Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme;
    Je suis le maître de mon destin,
    Le capitaine de mon âme.

    Texte original

    Out of the night that covers me,
    Black as the pit from pole to pole,
    I thank whatever gods may be
    For my unconquerable soul.

    In the fell clutch of circumstance
    I have not winced nor cried aloud.
    Under the bludgeonings of chance
    My head is bloody, but unbowed.

    Beyond this place of wrath and tears
    Looms but the Horror of the shade,
    And yet the menace of the years
    Finds and shall find me unafraid.

    It matters not how strait the gate,
    How charged with punishments the scroll,
    I am the master of my fate:
    I am the captain of my soul.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Georges Moustaki (disparu aujourd'hui)

    Il a écrit :

    Sarah

    La femme qui est dans mon lit N´a plus 20 ans depuis longtemps
    Les yeux cernés Par les années
    Par les amours Au jour le jour
    La bouche usée Par les baisers
    Trop souvent, mais Trop mal donnés
    Le teint blafard Malgré le fard
    Plus pâle qu´une Tâche de lune

    La femme qui est dans mon lit N´a plus 20 ans depuis longtemps
    Les seins si lourds De trop d´amour
    Ne portent pas Le nom d´appas
    Le corps lassé Trop caressé
    Trop souvent, mais Trop mal aimé
    Le dos vouté Semble porter
    Des souvenirs Qu´elle a dû fuir

    La femme qui est dans mon lit N´a plus 20 ans depuis longtemps
    Ne riez pas N´y touchez pas
    Gardez vos larmes Et vos sarcasmes
    Lorsque la nuit Nous réunit
    Son corps, ses mains S´offrent aux miens
    Et c´est son cœur Couvert de pleurs
    Et de blessures Qui me rassure

    Et aussi, il chante : Joseph

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Sainte fort connue, "avocate des causes désespérées et des cas impossibles". Lorsque vous êtes au fond, que vous avez l’impression d’avoir épuisé toutes vos ressources et qui vous ne savez plus comment avancer, parlez lui ; Elle a joué un grand rôle pour moi et c’est pour cela que je vous dit : parlez lui sans hésiter ! Traditionnellement, on la fête le 22 mai.

    J’ai eu l’information l’autre jour de l’existence d’une eau dite eau de sainte Rita qui aurait de grandes vertus.

    L’histoire de l’eau dite de Sainte Rita

    (www.eaudesainterita.com)

    L’historique donné : La légende raconte que c’est du vivant de Sainte Rita qu’un élixir aux grandes vertus curatives a vu le jour dans la région du couvent où elle résidait, à Cascia (Italie).

    Les herboristes et apothicaires se seraient transmis la recette de maître à élève avec la recommandation de la prescrire lorsque rien d’autre n’avait pu venir à bout d’une maladie en dernier espoir.

    L’herboriste Patrice de Bonneval, un docteur en pharmacie lyonnais, aurait choisi de divulguer la recette qu’il avait reçue de son maître, toujours inchangée. Depuis 1985, il élabore et distribue l’Eau de Sainte Rita dans le respect de la tradition ancestrale ininterrompue.

    Je n’ai pas testé ce remède. Aussi, sous réserve de vérification expérimentale par chacun, voici les indications qui lui sont attribuées :

    Cure détoxifiante, équilibrante, harmonisante. Aide l’organisme à traverser sereinement les périodes de fatigue, stress. En utilisation régulière, l’Eau de Sainte Rita permet d’atteindre un état de bien-être et une revitalisation générale du corps.

    Elle est recommandée en cure du printemps.

    Contre-indication : aucune connue sauf allergie à un des ingrédients. Déconseillée chez la femme enceinte ou allaitant et les enfants de moins de 7 ans.

     L’histoire de la Sainte

    « Rita est née au mois de mai 1381, près de Cascia (petit village à 130 km au nord de Rome). Dès le lendemain de son baptême, des abeilles blanches allaient et venaient autour de son berceau, entraient dans la bouche du nouveau-né et en ressortaient sans lui faire aucun mal. Ce signe extraordinaire laissait présager d'un destin hors du commun. 

     A l'age de 16 ans, Rita souhaite entrer au monastère de Sainte Marie-Madeleine à Cascia, mais ses parents voyaient les choses autrement et la marièrent à un jeune homme noble et fortuné. Rita donna naissance à deux fils jumeaux. Pour autant, sa vie conjugale était douloureuse, son mari s'étant révélé brutal et violent. Elle réussit toutefois à l'adoucir. Dans l'atmosphère de guerre civile de l'époque, ses anciennes querelles le rattrapèrent et il fut tué en 1416. Les jumeaux ne pensèrent alors qu'à venger leur père et à punir ses assassins. Rita n'arrivait pas à les dissuader de renoncer à cette vengeance, et se mit à prier Dieu pour que ses enfants ne deviennent pas des meurtriers. Elle fut entendue, et ses deux enfants furent rappelés à Dieu avant d'avoir commis l'irréparable. 

     Désormais seule, Rita demanda à entrer au couvent des Augustines, qui refusa de l'accueillir tant que la famille de son mari et celle de ses assassins ne se seraient pas réconciliées. Rita avec douceur et patience parvint à cette réconciliation inespérée et les deux familles se pardonnèrent mutuellement devant l’évêque de Cascia. Rita entra alors au couvent pour se consacrer à Dieu et se mettre au service des plus pauvres. Bientôt, il apparut à tous qu'elle avait le don de réaliser des miracles. Parmi ceux-ci figure une blessure miraculeuse au front : en 1441 à l'occasion du Jeudi Saint, Rita implorait Dieu de lui permettre de partager les souffrances de Jésus. Elle fut exaucée et son front fut touché par une épine de la couronne du Christ. Rita conserva ce douloureux stigmate toute sa vie et supporta avec le sourire cette blessure que l'on retrouve dans les représentations de la Sainte. » (www.sainte-rita.fr)

    « Mourante, Rita demande à sa cousine d’aller lui cueillir une rose. Bien qu’en « plein hiver » la parente trouve la rose. Cet épisode est à l’origine de l’image où l’on voit Sainte Rita répandre des roses, symbole des grâces qu’elle obtient pour ceux et celles qui lui font confiance » (www.sainte-rita.net)

    En 1457, «  sa mort s'accompagne de nouveaux miracles : une lumière d'une grande douceur envahit sa cellule, tandis que des odeurs florales submergent le couvent. Certains témoignent avoir vu son âme monter au Ciel, dans un halo de lumière. Immédiatement, les habitants de Cascia et des environs la considèrent comme une Sainte, tandis que l'Eglise attendra prés de cinq siècles pour la proclamer Sainte en 1900. Le corps de Sainte Rita, miraculeusement conservé, repose à Cascia, dans le sanctuaire qui lui a été dédié au début du 20ème siècle. »

    Prière à Sainte Rita, sainte de l'impossible

    Sainte Rita, avocate des causes désespérées, priez pour nous.
    Sainte Rita, j'ai recours à vous, que tous proclament «la sainte des impossibles».
    Je suis angoissé, dans une impasse.
    Je vous implore, car j'ai confiance en vous et j'espère être rapidement exaucé, car vous êtes proche de notre Père du ciel.
    Rendez le calme à mon esprit.
    Je ne vois pas de solution humaine, mais je me confie à vous que Dieu a choisie pour être « l'avocate des causes désespérées ».
    Si mes péchés sont un obstacle à la réalisation de mes désirs, obtenez-moi de Dieu la miséricorde et le pardon.
    Ne permettez pas que je reste plus longtemps dans l'angoisse et daignez répondre à la confiance que je place en vous.
    Sainte Rita, qui avez si intimement participé à la passion de Jésus, priez pour moi et venez à mon secours. AMEN.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Sois le bienvenu Saint Esprit ! Fête de la pentecôte dans tous les temps . . .La Pentecôte vient du grec ancien πεντηκοστή [pentèkostè] qui signifie cinquantième : 50 jours après Pâques, 10 jours après l’ascension, la pentecôte célèbre le Saint Esprit. Jésus est monté au ciel rejoindre le Père, mais il nous laisse le Saint Esprit, l’esprit saint de Jésus

    Le symbole de 50

    « Pourquoi 50 jours ? Si la période de 40 jours possède un sens symbolique dans la Bible, celui de 50 n'évoque rien de biblique. En réalité, le chiffre symbolique, c'est le chiffre 7 ! Comme les 7 jours de la semaine. Et la Pentecôte a lieu 7 semaines (de 7 jours) après Pâques. Et si on obtient le chiffre 50 (et non 49) c'est dû à la façon antique de compter : le premier jour compte pour un jour. Cette façon de compter se retrouve dans certaines expressions : dans 8 jours, c'est dans 1 semaine ; dans 15 jours c'est dans 2 semaines... (www.lexilogos.com)

    La pentecôte est aussi une fête juive : l’historique 

    À l'origine, la Pentecôte est une fête juive, comme Pâques. Une fête agricole devenue aussi une fête religieuse. Ainsi, Pentecôte célèbre le don de la Torah, le don du Livre sacré de Dieu à son peuple *. Au sens strict, la Torah désigne les cinq premiers livres de la Bible: le Pentateuque ; au sens large, il désigne l'Ancien Testament.

    Le saint Esprit

    Fête juive du don du livre, elle est, pour les chrétiens la fête de l’Esprit.

    Le symbole de l’Esprit est la colombe, conformément aux récits des évangiles (Matthieu III,16) (Marc I, 10) (Luc III, 21) (Jean I, 32.

    L'esprit saint, c'est avant tout l'esprit de fraternité. Un être saint, c'est un être de grande bonté, un être qui aime son prochain plus que tout. L'esprit saint, c'est l'esprit d'amour qui nous anime et nous fait aimer notre prochain comme nous-mêmes.

    L'essence du christianisme, c'est l'amour du prochain.

    En célébrant la pentecôte, les chrétiens célèbrent le don d’une terre nouvelle, avec les 4 éléments (Communio, XXXVI, 1-2, n° 213-214, janvier-avril 2011) : l’air (l’Esprit Saint), le feu (les langues de feu), la terre (envoi des disciples sur toute la terre) et l’eau pour baptiser les nations.

    Et aussi, la pentecôte célèbre le don de l’église, car l’esprit est offerte par Jésus  aux évangélistes qui lui succèdent.

    Le Saint Esprit est universel

    D’autres pratiquants le connaissent. « (…) le premier miracle engendré par votre Pleine Conscience est votre présence, votre présence réelle. Et, avec cette énergie qui vous habite, vous devenez entièrement vivant. Quand l’énergie de la pleine conscience vous habite,  le Bouddha vous habite. L’énergie de la pleine conscience est l’énergie du Bouddha. C’est l’équivalent du Saint Esprit. Et, là où est le Saint Esprit, là sont aussi la compréhension, la vie, la guérison, la compassion ». (Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste, « Toucher la vie »).

    Je vous souhaite un beau repos !

     Note * : Le judaïsme, comme l’islam quelques siècles plus tard, sont des religions du livre, basées sur le respect de commandements divins. Jésus incarne l’esprit de Dieu ; au-delà des commandements, c’est l’esprit d’amour qu’il révèle au monde.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 17 mai : le VesakJe vous souhaite le Bon Jour.

    17 mai : c’est la date d’anniversaire de naissance en Inde du Bouddha, Siddhartha Gautama, cette année. Traditionnellement, ce jour est le jour de la première lune dans le signe astrologique du taureau. Toutefois, selon le calendrier utilisé par chacun des pas célébrant cette fête, la date de célébration de l'anniversaire de Bouddha varie de quelques jours d'un pays et une région à l'autre.

    A Hong Kong, en Chine, à Macao, à Taiwan, en Corée du sud, elle sera fêtée le 17 mai, qui correspond au 8e jour du 4e mois lunaire. Des cortèges portent des statues et les foules affluent vers les temples. On immerge les représentations de Bouddha.

    Cet anniversaire est le principal festival bouddhiste de l'année, car il célèbre la naissance, l'éveil et la mort du Bouddha qui se sont tous produits aux alentours de la pleine lune du mois de mai (se reporter à l’article « 25 avril 2013, jour de bénédiction boudhiste). Elle est appelée la fête du Vesak ou Visakah Puja ("jour du Buddha, célébration d'anniversaire de Buddha ") :

    -         Vesak selon le nom du mois de mai dans le calendrier indien ancien.

    -         Visakha Puja parce que visakha signifie le mois de mai en hindou.

    -          est habituellement célébré avec un sermon public pendant le jour et un cortège de gens, tournant autour du temple, portant une bougie allumée, symbole de sagesse pendant la nuit. Puis ils rentrent au temple en réfléchissant à l’engagement pris envers Bouddha, et sur leur choix de voie vers l’Eveil. On les arrose d’eau lustrale, pour les bénir. Il y a de nombreuses réjouissances telles que des banquets, marchés et musiques…

    Plus spécifiquement, en Corée, c’est un jour officiel de fête, fête des lanternes. Appelé 부처님오신날 (Bucheonim osin nal), ce qui signifie le jour de la venue de Bouddha, il est marqué par des défilés dans rues et des lanternes en papier sous forme de lotus qui couvrent tous les temples, ou encore par ces lanternes suspendues partout dans les rues. A cette occasion tous les temples sont bondés et les croyants se doivent de venir prier et apporter des offrandes pour célébrer ce jour ci particulier.

    Le Japon fête traditionnellement l’anniversaire du Bouddha le 8 avril, ce pays ayant adopté le calendrier grégorien depuis 1873. Cette fête y est appelée « Hana Matsuri », littéralement, Fête des fleurs. La plupart des temples installent  à cette occasion devant leur bâtiment principal  une estrade  sur laquelle trône  une  petite statue de Bouddha, entourée de fleurs, et devant laquelle se trouve une vasque remplie d’eau avec une louche en bois. Les fidèles, ce jour-là,  se recueillent devant le Bouddha, après l’avoir aspergé d’eau avec la louche, en souhaitant dans leur cœur que l’eau emporte avec elle tous leurs soucis.

    Sources de cet article =
    http://bea007.over-blog.com
    http://www.dateducalendrier.com
    http://guerry.ddo.jp
    http://www.bouddhisme-universite.org

    Photo french korea

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique